Mardi 25 mai 1869

De Une correspondance familiale


Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay)

original de la lettre 1869-05-25A pages1-4.jpg original de la lettre 1869-05-25A pages2-3.jpg


Mardi matin

Ma Nie chérie fatigué hier au soir, je me suis couché de bonne heure après en rentrant de la mairie où j'ai fait un mariage. Ne voulant pas te laisser sans nouvelles je ne t'écrirai que quelques lignes.

Elections          Keller              Grosjean                Gros

VieuxThann          303                      61                   18

Thann               1 300                      --                    --

Résultat général de la circonscription

                                                          Keller        Gros      Grosjean

Cantons de Rouffach                        1 550            666                561

                 Guebwiller                       3 423            579                706

           St Amarin (Wesserling)               817        3 174                  20

                  Cernay                            2 014            887                121

                   Thann                            3 181            844                300

                   Soulz                             1 557            872                  97

     Massevaux (incomplet)                     580             100                  70

                                                   ---------------------------------------------

Total                                              13 922          7 100             1 880

Comme tu vois, nous n'aurons plus à recommencer, Keller entrera à la chambre

A Mulhouse Tachard a l'immense majorité

à Belfort aussi M. Viellard[1] candidat de l'opposition a la majorité.

Ce n'est qu'à Colmar, grâce aux fautes de M. Hartmann candidat de l'opposition que celui de M. le Préfet[2] a réussi[3]. De sorte que dans le Haut Rhin sur 4 – 3 opposition sur un gouvernemental. Quel échec pour le Préfet !

J'ai reçu ce matin ta lettre de Dimanche contenant le bon petit journal de Mimi[4]. Elle m'a trouvé avec un bon mal de tête que j'attribue à ma séance d'hier[5] ; mais après ce beau succès je ne m'en plaindrai pas.

Nos peintres n'avancent pas, ils ont au moins encore 3 jours à boucher & laver les corridors avant de pouvoir donner une la couche de peinture nécessaire. Par contre malgré les assurances de Bulffer les décorateurs ne sont pas encore ici ;

Somme toute je suis content que vous ne soyez pas ici, car la maison n'est pas habitable en ce moment & pour bien des jours encore.

Je ne ferai encore rien dire à Antoinette nous attendons une réponse de Thérèse, pour le moment je trouve que Victoire[6] se conduit bien, elle me paraît faire les choses avec soin & a assez à faire pour être toute à son travail ; elle n'a pas le temps de s'amuser.

Je passerai encore toute cette semaine ici pour la fabrique qui en a besoin.

Demain Mercredi, il y a réunion pour Wattwiller à laquelle je ne puis manquer <    >. Je tâcherai d'aller encore passer une journée à Morschwiller. Tu vois que je ne perdrai pas mon temps ici & ne peux encore te fixer mon jour de départ.

C'est toujours un grand bonheur pour moi d'avoir de vos bonnes nouvelles ; mais il me tarde beaucoup d'être auprès de toutes mes chéries[7].

Nous marchons si mal en ce moment, tout va si lentement que je vais me mettre davantage à la boutique & un peu stimuler avant de la quitter de nouveau. Nous n'avons pas travaillé hier & même n'avons pas de quoi occuper notre monde le restant de la semaine. Morschwiller est dans le même cas. C'est un moment bien dur à passer & qui coûte bien cher. J'estime à 1 500 F de pertes par jour. l'on me demande. Ce soir je vous écrirai un peu plus au long.

tout à toi chère amie

Embrasse bien fort nos petites filles tant pour elles que pour leur bonnes petites lettres qui font toujours bien plaisir.

tout à toi

Charles Mertzdorff

j'ouvre ma lettre

Léon[8] & Paul viennent d'arriver. Je reçois ta lettre de Lundi. Calme ta mauvaise humeur. Aucune pièce n'est ouverte, les peintres ne sont que dans les corridors avec toutes les portes des chambres fermées.

L'on n'a pas commencé dans mon cabinet de toilette & pour me conformer à tes désirs je n’y mettrai personne. Le cabinet peut très bien rester ainsi car pour recommencer dans un mois tu ne me trouverais pas disposé.

Dépêche d'Edgar[9]

Lefébure opposition 18 693    Hartmann 11 737

Keller  libéral  15 066             Gros 7 793

Tachard  "     15 291            Dollfus[10] 6 430

Viellard     ?                       Baron Rheinach[11]  ?

doit avoir la majorité


Notes

  1. François Christophe Nicolas Juvénal Viellard-Migeon.
  2. Hippolyte Ponsard, préfet du Haut-Rhin.
  3. Léon Lefébure est élu.
  4. Marie Mertzdorff.
  5. Séance à la mairie pour les élections législatives.
  6. Thérèse, cuisinière, malade à ce moment-là, et Victoire, domestique.
  7. Son épouse Eugénie et ses filles Marie et Emilie Mertzdorff.
  8. Léon Duméril.
  9. Edgar Zaepffel.
  10. Jean Dollfus, maire de Mulhouse, oncle de Tachard.
  11. Antoine Hesso de Reinach-Hirtzbach.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 25 mai 1869. Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_25_mai_1869&oldid=43253 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.