Viellard-Migeon, François Christophe Nicolas Juvénal (1803-1886)

De Une correspondance familiale

Charles Mertzdorff, rendant compte à son épouse Eugénie Desnoyers du résultat des élections législatives du 24 mai 1869 en Alsace, mentionne le nom de « M. Viellard, candidat de l'opposition ».

Il s’agit de François Christophe Nicolas Juvénal Viellard-Migeon, né à Belfort (Haut-Rhin) en 1803, maître de forges à Morvillars et conseiller général du Haut-Rhin depuis 1848. Opposant très modéré à l'Empire, il perd en 1857 ses fonctions de maire de Delle pour avoir combattu le candidat officiel, et il est élu député du Haut-Rhin, le 24 mai 1869, comme candidat indépendant, avec 14 500 voix (28 000 votants), contre 13 00 à M. de Reinach.

Il prend place dans le tiers-parti, vote pour la déclaration de guerre à la Prusse, et rentre dans la vie privée  en septembre 1870. Aux élections du 8 février 1871, il réunit 29 000 voix sur 74 000 votants dans le département du Haut-Rhin, sans être élu. Lors des élections sénatoriales de 1876, après s’être retiré devant Thiers en janvier, Viellard-Migeon se porte de nouveau candidat (en mai), et il est élu dans le territoire de Belfort. Il siége à la droite du Sénat jusqu’à sa mort en 1886, votant contre les ministères républicains qui se succédèrent au pouvoir, contre la réforme judiciaire, contre le divorce, contre les crédits du Tonkin.

[D’après le Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 de A. Robert et G. Cougny]



Pour citer cette page

« Viellard-Migeon, François Christophe Nicolas Juvénal (1803-1886) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Viellard-Migeon,_Fran%C3%A7ois_Christophe_Nicolas_Juv%C3%A9nal_(1803-1886)&oldid=42377 (accédée le 3 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.