Jeudi 5 septembre 1844

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Le Havre) à sa femme Alphonsine Delaroche (Paris)

Original de la lettre 1844-09-05-page1.jpg Original de la lettre 1844-09-05-pages2-3.jpg


267

rien de nouveau, Ma chère amie, ou plutôt rien de décidé dans notre position respective. Madame Gastambide[1] est mieux cependant, le mal n’a pas augmenté. la nuit a été bien meilleure que la précédente. la difficulté d’avaler a bien diminué. il y a eu de bonnes évacuations par bas, à l’aide de remèdes appropriés et par le haut qui avaient été provoquées. une légère moiteur qui a duré assez longtemps aurait pu déterminer l’éruption s’il elle avait dû avoir lieu et nous fait espérer qu’il ne s’en fera pas. tu conçois que dans cet état d’incertitude et même d’inquiétude, il n’est pas donné question de départ.

Madame DelaRoche[2] avait eu hier un grand dîner de famille, où il ne manquait que frédéric Latham et ses frères qui étaient resté à la maison avec M. Pesle leur précepteur. Le soir Les Duroveray, Rigault et M. Hesler. on a fait un boston et un peu de musique par un pianiste de Paris recommandé par Horace Say.

Ce matin dès sept heures et demie nous sommes allés M. Rigault – Henry[3] – M. Latham[4], M. Pesle et les enfants visiter de belles volières à Sanvic. puis après le déjeuner M. DelaRoche m’a accompagné jusques à Sainte Adresse, où je suis allé faire une petite visite aux Dames Geoffroy[5] qui ont paru très sensibles à cette attention. ces Dames sont très heureuses de leur séjour pour la santé et pour la facilité qu’elles ont de prendre des bains de mer qui leur réussissent admirablement. malheureusement elles sont très mal logées et véritablement campées. Madame geoffroy leur mère et M. Isidore[6] doivent venir les rejoindre et elles sont en quête d’un lieu où elles pourront les faire recevoir, car il n’y a aucune ressource à Ste Adresse. Elles reçoivent leurs vivres d’un restaurateur du pays ; mais la santé avant tout ! Madame Stéphanie en particulier s’en trouve parfaitement. ces Dames ont mis beaucoup d’intérêt à s’informer avec détails de toutes les personnes de la Famille. elles savaient que je devais passer au Havre et que, si je le pouvais, j’irai peut-être les voir ; mais elles n’y comptaient pas.

il est une heure un quart M. Gastambide doit venir me rejoindre au Bureau de ton frère d’où je t’écris à mon retour de Ste Adresse. j’ai déjà beaucoup marché aujourd’hui mais je ne me sens pas fatigué et je présume que je ferai encore de bonne courses avec M. Latham qui s’est offert hier pour nous diriger dans notre promenade.

je vais aller au Cercle prendre connaissance des journaux d’hier ; car on les a ici dès le matin et même ceux du soir et les lettres, mises à la poste le soir, arrivent le lendemain matin et réciproquement pour celles du Havre qui vont à Paris.

j’espère recevoir aujourd’hui ou demain matin de vos nouvelles et je vous embrasse tous bien tendrement. mes amitiés à mon frère et à ma belle-sœur[7].

Ton ami

Havre 5 7bre 1844

C. Duméril


Notes

  1. Emilie Delaroche, épouse d’Adrien Joseph Gastambide.
  2. Cécile Delessert, épouse de Michel Delaroche, le frère d’Alphonsine.
  3. Henri Delaroche.
  4. Charles Latham.
  5. Stéphanie et sa sœur jumelle, filles d’Etienne Geoffroy Saint-Hilaire.
  6. Pauline Brière de Mondétour (épouse d’Etienne Geoffroy Saint-Hilaire), leur mère, et Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, leur frère.
  7. Probablement Auguste Duméril (l’aîné) et sa femme Alexandrine Cumont.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril à sa femme, p. 45-48)

Annexe

Madame Duméril

Aujardin du Roi

7 rue Cuvier

Paris

Pour citer cette page

« Jeudi 5 septembre 1844. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Le Havre) à sa femme Alphonsine Delaroche (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_5_septembre_1844&oldid=40128 (accédée le 17 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.