Samedi 15 et dimanche 16 juillet 1871

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1871-07-15(B) pages 1-4.jpg original de la lettre 1871-07-15(B) pages 2-3.jpg


Montmorency[1]

Samedi soir. 15 Juillet

Bonsoir, mon bon chéri, il est tard, je viens d'écrire à Elise[2], mais avant de laisser ma plume je veux te dire un petit mot ami. Comme toi je serai contente de nous retrouver ensemble, dans l'éloignement on ne peut se défendre d'une certaine inquiétude et puis toi tu as tant de préoccupations et d'ennuis que si je ne peux pas te les enlever, du moins par notre présence nous te les faisons quelques fois oublier. Mais notre voyage ici a été utile et je suis bien contente d'être venue voir mes pauvres parents[3].

Les fillettes[4] se sont bien amusées aujourd'hui. Après toute espèce de travaux elles ont pris un bon bain, ta servante a profité de l'eau, tu sais elle est un peu canard, et ce soir à 9h sont arrivés nos 3 parisiens[5] qui n'avaient pas pu trouver de voiture pour venir avant le dîner. Aussi la joie a été grande pour nos petites filles qui désespéraient de voir ce soir tante Cala. Mais ce n'est pas raisonnable de rester à écrire, bonne nuit.

Dimanche 2h

Décidément nous voici en été, le ciel continue à être splendide et par cette grande chaleur, on est très bien au Cottage, seulement je t'y voudrais. Que fais-tu en ce moment ? As-tu eu encore quelques corvées pour commencer ta journée ? Tes réparations de Morschwiller ont-elles marché comme tu le pensais ?

Alfred[6] a été Jeudi chez Edgar[7] à l'hôtel, il n'était pas rentré, je ne sais donc rien du résultat de son entrevue avec le ministre[8]. Il aura de la peine à avoir une position le satisfaisant lui et sa femme.

Je lis dans l'Avenir National : « Nous apprenons que les dames de Thann viennent d'offrir à M. Gambetta un tableau dû au pinceau de M. Henner[9], représentant L'Alsace attendant sa Délivrance. C'est M. Scheurer-Kestner[10] qui aurait eu l'honneur de présenter cette patriotique composition à l'ancien dictateur de Tours[11] ».

Qu'en penses-tu, il me semble que l'on aurait pu mettre la réclame seulement au nom Kestner ?

Après la messe, les fillettes se sont livrées avec la tante Gla à des occupations qui les ont amusées, cueillir fraises et groseilles, fabriquer deux galettes puis après le déjeuner en famille, (nous sommes seuls parents et enfants) on a fait une petite visite aux lapins et maintenant papa, Alfred, Alphonse sont dans les pièces de l'ancienne église, maman fait des comptes, les fillettes lisottent, Aglaé cause, tu vois cela, c'est comme au Vieux-Thann.

Il me semble que Dimanche prochain tu seras des nôtres. Je n'ai encore obtenu aucune promesse de maman de venir en Alsace, mais je ne désespère pas encore.

Aglaé reste avec nous demain. Demain Je tâcherai d'aller Mardi à Paris, je commencerai par le dentiste[12] et ce que j'ai encore à voir en livres pour les enfants.

Je pense que Nanette[13] s'occupe des confitures, ici on confectionne les confitures de groseilles, framboises, cerises, ces fruits sont très mûrs.

3h ½ Tante et Alphonse sont venus causer avec moi ; ils me chargent tous deux de leurs meilleures amitiés pour toi.

Nos bonnes petites filles t'embrassent bien fort. Ecris-nous ce que tu penses faire.

Encore de bons baisers de ta Nie

Mille amitiés à oncle et tante Georges[14], et à Morschwiller[15].

Fais un tour dans les potagers, qu'on t'y ait vu une fois.


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Elisabeth Mertzdorff, épouse d’Eugène Bonnard.
  3. Jules Desnoyers et son épouse Jeanne Target.
  4. Marie et Emilie Mertzdorff.
  5. Jules Desnoyers, Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers (« tante Cala », « tante Gla »).
  6. Alfred Desnoyers.
  7. Edgar Zaepffel, époux d’Emilie Mertzdorff.
  8. Probablement le ministre de l’Intérieur Félix Lambrecht.
  9. Jean Jacques Henner (voir les autres artistes cités).
  10. Auguste Scheurer, époux de Céline Kestner, dit Auguste Scheurer-Kestner.
  11. Envoyé à Tours (en ballon monté) en octobre 1870, pour relayer l'action du gouvernement, Léon Gambetta prend la fonction de ministre de la Guerre, qu’il cumule avec le ministère de l’Intérieur.
  12. E. Pillette, dentiste.
  13. Annette, cuisinière chez les Mertzdorff.
  14. Elisabeth Schirmer et son époux Georges Heuchel.
  15. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril vivent à Morschwiller.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 15 et dimanche 16 juillet 1871. Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_15_et_dimanche_16_juillet_1871&oldid=51656 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.