Kestner, Charles (1803-1870) et sa famille

De Une correspondance familiale


Les Kestner font partie du cercle des relations de la famille Mertzdorff à Vieux-Thann.

Les Kestner sont originaires de Hanovre. Jean Christian Kestner et Charlotte Buff (dont Goethe était épris et qui inspira son Werther) ont au moins deux fils Auguste et Philippe Charles.

1- Auguste Kestner (1777-1853) est diplomate et amateur d'art. Il lègue ses collections à la ville de Hanovre où un Musée porte son nom : ce musée d'art appliqué ouvre en 1889 et présente des œuvres égyptiennes, de l’Antiquité et du Moyen Age.

2- Philippe Charles Kestner (1753-1846) épouse en 1801 Marie Salomé Françoise Vaultrin de Saint Urbain (1784-1804). Ils ont 3 enfants :

  1. Caroline Françoise Aimée Kestner (1802-1872)
  2. Charles Kestner (1803-1870) Voir ci-dessous
  3. Aimée Louise Elizabeth Kestner (1804-1805).

Philippe Charles Kestner, banquier à Strasbourg, vient à Thann en 1808 et fonde une fabrique de produits chimiques. Il achète la fabrique de produits chimiques de Thann à Jérémie Risler qui le premier avait introduit à Cernay la filature de laine.

***

Charles Kestner (1803-1870) succède à son père Philippe Charles Kestner à la direction de l’usine. Charles Kestner épouse en 1827 Marguerite Rigau (1806-1890), fille du général. Républicain et représentant du peuple en 1848, Charles Kestner passe en Suisse en 1851, rentre en France, donne une grande expansion à son affaire et mène avec ses gendres une lutte anti-bonapartiste acharnée.

Son opposition à Napoléon III se manifeste en particulier lors du plébiscite du 8 mai 1870. L’Empereur, inquiet de l’effervescence républicaine, organise ce plébiscite pour conforter son pouvoir. Thann et Mulhouse sont des foyers de la lutte antiplébiscitaire dans le Haut-Rhin. Charles Kestner, sa famille, ses amis libéraux et radicaux lancent une campagne de tracts et organisent des réunions publiques. Malade, Charles Kestner se fait porter à la tribune. Pour la France, le vote donne 7,5 millions de oui et 1,5 de non à l’Empire. Il n’y a une majorité de non qu’à Paris et dans les grandes villes. Dans le département du Haut-Rhin, 81 000 oui, 20 000 non ; dans la ville de Thann, 1 000 oui, 420 non (1 900 inscrits) [d’après Joseph Baumann, Histoire de Thann]

Charles Kestner et Marguerite Rigau ont cinq filles :

  1. Eugénie Kestner (1828-1862) épouse en 1848 Camille Risler (1821-1881), associé de son beau-père, fils de Jean Risler et de Barbe Heilmann. Ils ont deux enfants : Charles Risler (1848-1923) qui épouse, en 1877, Marie Genevière Laurent-Pichat (1856-1912) ; Mathilde Eugénie Risler (1850-1920) qui épouse en 1875 le futur ministre Jules Ferry (1832-1893).
  2. Fanny Kestner (1831-1850) épouse en 1849 Victor Chauffour (1819-1889), député du Bas-Rhin en 1848, industriel près de Bâle, anti-bonapartiste notoire. Ils ont une fille Fanny Chauffour (1850-1928).
  3. Mathilde Kestner (1832-1916) épouse à Zurich en 1858 le colonel Jean Baptiste Charras (1810-1865), lui aussi républicain convaincu, écrivain militaire et politique. Élu député en 1848, il est arrêté lors du coup d’état du 2 décembre 1851 et exilé depuis 1852. Après sa mort à Bâle en 1865, ses restes sont ramenés au cimetière de Thann en 1898 et reposent dans la rangée des Kestner.
  4. Céline Kestner (1838-1893) épouse en 1856 Auguste ' Scheurer (1833-1899), qui prend le nom de Scheurer-Kestner ; il rejoint l’usine de son beau-père ; il est député en 1871 puis sénateur. Ils ont deux filles : Jeanne (1855-1935) qui épouse Marcellin Pellet (1849-1942) en 1878 et Suzanne (1862-1927) qui épouse Gustave Gobron (1846-1911) en 1882.
  5. Hortense Kestner (1840-1913) épouse en 1869 Charles Floquet (1828-1896), homme politique.



Pour citer cette page

« Kestner, Charles (1803-1870) et sa famille », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Kestner,_Charles_(1803-1870)_et_sa_famille&oldid=54987 (accédée le 4 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.