Mercredi 28 juin 1871 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1871-06-28B.jpg


7e lettre[1]

Montmorency Mercredi 28 Juin

2 h

Mon cher Ami,

Ma petite Marie[2] t'a écrit si vite et avec tant de plaisir une longue lettre que j'ai peu de chose à y ajouter. Mais je veux aussi, de mon côté, te répéter que nous pensons bien à toi et que jusqu'à aujourd'hui nous avons reçu 2 lettres de toi, celle partie Samedi matin[3] et celle partie Dimanche que tu as eu la bonne inspiration d'adresser à Marie, et que ces deux bonnes missives nous ont fait bien plaisir, nous y avons trouvé la preuve de la tendre affection que tu as pour ton trio et qu'il te rend bien.

Le succès de l'emprunt est complet[4] ; certainement que les gros bonnet y sont pour beaucoup, mais enfin cela prouve que l'argent n'est pas encore rare en France et qu'on a confiance dans son avenir. M. Foresta[5] disait hier soir à papa[6] qu'on a apporté beaucoup d'or, ce qui prouve que plus d'un en avait caché. Les affaires continuent à reprendre avec beaucoup d'activité à Paris ; C'est de M. Delacre qui a une maison d'exportation que nous tenons cela, il disait avoir énormément de commandes.

Tu as vu que nous avions devancé ton désir en allant voir Mme Dollfus[7]. Elle va passé l'été à Montmorency avec son gendre[8] et sa fille qui attend un commencement de famille. Elle est tout enthousiaste de son gendre dont elle fait le plus grand cas, il est professeur au collège Charlemagne, sait 7 langues. Son fils[9] après avoir servi pendant le premier siège dans l'artillerie a heureusement échappé au danger, et maintenant est à Roubaix où il a tout de suite trouvé une place.

On <a> parlé dans les journaux d'une proposition où les conseillers de préfectures seraient supprimés ! Cela n'irait pas à Edgar[10]. Je ne sais quel résultat il obtiendra de son voyage à Paris, mais je doute qu'il puisse obtenir une place sérieuse qui lui permet de prendre 3 ou 4 mois de vacances ? Que de gens comprennent le travail en théorie, plutôt qu'en pratique.

Notre vie ici paraît du goût de nos fillettes[11] qui sont gaies, ouvertes, contentes, s'occupent gentiment de toutes choses. Maman[12] jouit de les avoir, elle les trouve bien gentilles et en regardant Marie cette bonne mère m'a avoué qu'elle pensait plus d'une fois à son Julien[13], chacun avait rêvé sans se le dire... Maman est étonnement bien et je te remercie bien de nous avoir amenées auprès d'elle, seulement, continue je t'en prie à nous écrire souvent jusqu'au moment où nous nous réunirons.

La journée d'hier a été assez belle, la pluie est revenue aujourd'hui, mais le temps est plus doux.

Papa est resté avec nous, après le déjeuner ce bon père a fait un petit cours d'archéologie à mes fillettes. Maintenant nous travaillons dans la chambre de maman, et tout en t'écrivant, j'entends les petits bavardages. Voilà Emilie qui va expliquer à Cécile[14] les antiquités de la tour...

Adieu, Ami chéri, je t'embrasse du fond de mon cœur, ne te fatigue pas trop, pense à nous et que Dieu nous protège

Ta Nie


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Marie Mertzdorff.
  3. Voir la lettre vendredi 23-samedi 24 juin.
  4. Le traité de Francfort (10 mai 1871) fixe l’indemnité de guerre à 5 milliards, dont un milliard et demi doit être versé en 1871 ; le premier emprunt, émis en juin 1871 est couvert plus de deux fois et deux milliards sont versés à l’Allemagne en 1871.
  5. Etienne Emilien Rey de Foresta, maire de Montmorency.
  6. Jules Desnoyers.
  7. Noémie Martin,veuve de Frédéric Dollfus.
  8. Edouard Sayous, époux de Berthe Fanny Dollfus.
  9. Gustave Dollfus.
  10. Edgar Zaepffel.
  11. Marie et Emilie Mertzdorff.
  12. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  13. Julien Desnoyers (†).
  14. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 28 juin 1871 (B). Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_28_juin_1871_(B)&oldid=35139 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.