Mardi 2 décembre 1879 (A)

De Une correspondance familiale


Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1879-12-02A pages 1-4.jpg original de la lettre 1879-12-02A pages 2-3.jpg


MERTZDORFF& CIE
AU VIEUX-THANN
Alsace[1]

Mardi [le 2 Xbre 79].

Ma chère Marie

Ta bonne lettre par laquelle je vois que tout le monde va bien que votre tante[2] est complètement remise, m'a, comme tu peux le penser, fait le plus grand plaisir.

Le jour de mon arrivée j'étais si bien gelé que j'ai peu quitté le poêle qui avait peine à me réchauffer malgré toute la peine qu'il se donnait. Mais quelle bonne nuit, que le lit me semblait bon & la nuit courte, aussi dimanche étais-je tout à fait gaillard. S'il ne fait pas froid depuis que je suis ici, ce n'est pas que nous puissions nous tromper sur la saison ; tout est blanc, notre cour est couverte de 15 centimètres de neige, il a pas mal neigé depuis 3 jours & il neige encore en ce moment. Pour nos pauvres chevaux ce sont de mauvais chemins.

Hier l'on n'a pas travaillé à la fabrique, toujours pour l'installation de la nouvelle turbine qui avance & sera bientôt prête à marcher. Le froid a considérablement gêné le montage de cette machine & c'est la faute à M. Berger[3] qui devait la livrer cet été déjà, car c'est tout au printemps que la commande a été faite.

En arrivant j'ai trouvé mon Oncle Georges[4] bien souffrant, depuis le mal s'est bien aggravé, ce sont à ce que dit le docteur[5] des calculs du foie qui le font tant souffrir ; dans la nuit de Dimanche à Hier il était si mal, qu'il a demandé le curé[6], depuis il est plus calme souffre moins, mais jusqu'à présent je ne vois pas d'amélioration, il est faible & son état est toujours grave, très grave. Heureusement que la tante[7] conserve toute sa force, tout son calme pour lui donner les soins nécessaires, elle a une personne en supplément de sa bonne pour l'aider & ne veut personne d'autre.
Cette nuit a été relativement calme. Au moulin l'on va si bien que bonne-maman[8] malgré la neige ne discontinue pas à venir le soir faire visite à son Hélène[9] & bon-papa[10] ne discontinue pas ses deux promenades de la journée.
Marie Léon[11] n'a pas mauvaise mine, j'ai passé ma soirée d'hier avec eux, sa mère[12] est toujours à Sélestat. Maria[13] non plus ne va pas mal mais je n'ai pas encore eu le plaisir de la voir.
Te voici au courant des santés.

Il paraît que le fameux concert de Samedi n'a pas mal réussi. c'est Mme Scheurer K.[14] qui en était l'étoile, elle a chanté par 4 fois & s'en est acquitté avec bonheur. elle a beaucoup de méthode me dit-on ; après l'on a dansé & vos amies Berger[15] qui ne devaient pas se livrer à ce plaisir, & n'étaient pas en toilette de bal, ont cependant dansé jusqu'a Minuit, tandis que Marie & Léon[16] sont rentrés de suite après la musique.

Suzanne[17] Scheurer par suite d'imprudence s’est en jouant avec le chien de son père[18] qui est chasseur maintenant, s'est redémis son bras aussi était-elle à la réunion de Samedi le bras en écharpe, ce qui ne lui enlevait rien de sa gaîté. Sa sœur Jeanne[19] est forte, mais excessivement pâle, est souvent souffrante, mais malgré cela, elle s'occupe beaucoup de son ménage & surtout de sa cuisine, qui l'intéresse énormément. Son bébé[20] me dit-on est énorme sa maman a dû le sevrer avant le temps pour raison de santé !

Mlle  Marozeau[21] est fiancée avec un jeune Gros qui est ingénieur à Wesserling, le mariage je crois n'est pas encore fixé. Me voici déjà fin de ma 4me page & il me semble que je ne te dis rien ; mais il ne me reste plus la place pour embrasser tous.
tout à toi  Chs Mff

J'ai fait mettre à la poste les paquets d'Oncle[22].


Notes

  1. Papier à en-tête professionnel.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  3. Louis Berger.
  4. Georges Heuchel.
  5. Pierre Léon Bornèque.
  6. Louis Oesterlé.
  7. Élisabeth Schirmer épouse de Georges Heuchel.
  8. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  9. Hélène Duméril.
  10. Louis Daniel Constant Duméril.
  11. Marie Stackler, épouse de Léon Duméril.
  12. Marie Stéphanie Hertzog, veuve de Xavier Stackler.
  13. Maria Lomüller, épouse de Georges Duméril.
  14. Céline Kestner, épouse d’Auguste Scheurer.
  15. Marie et Hélène Berger.
  16. Marie et Léon Duméril.
  17. Charles Mertzdorff écrit à l’allemande « Susanne » Scheurer-Kestner.
  18. Auguste Scheurer-Kestner.
  19. Jeanne Scheurer-Kestner, épouse de Marcellin Pellet.
  20. Marcelle Pellet.
  21. Elisa Marozeau est fiancée à Fernand Gros.
  22. Alphonse Milne-Edwards.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 2 décembre 1879 (A). Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_2_d%C3%A9cembre_1879_(A)&oldid=42821 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.