Oberlé, Clémentine (née en 1821) et son frère Clément Fortuné (1810-1881)

De Une correspondance familiale


Familles Oberlé et Hertzog

« Mlle Oberlé » est plusieurs fois citée dans les lettres, en lien avec Marie Stéphanie Hertzog, veuve de Xavier Stackler. Les deux dames ont un grand-père commun : Pierre François Antoine Hertzog.

(Pierre François) Antoine Hertzog (décédé en 1827) est médecin, marié avec Madeleine Riber (décédée en 1826). Ils ont plusieurs enfants, dont :

= Marie Madeleine Hertzog, est née vers 1776. Le 13 mai 1807, elle épouse à Sélestat [Schlestadt dans les documents] (Bas-Rhin) Louis Jean Baptiste Oberlé (vers 1779-1824). Louis Jean-Baptiste Oberlé, fils d'Ignace Oberlé, est notaire, maire de Villé (Bas-Rhin) de 1811 à 1825. Le couple Oberlé-Hertzog a plusieurs enfants, dont :
- Clément Fortuné Oberlé, né en 1810 à Sélestat, décédé le 24 janvier 1881, est « praticien » à Sélestat puis rentier. A 22 ans, il est l'un des témoins pour déclarer la naissance de Joseph Antoine Louis Hertzog (en 1832).
- Clémentine Oberlé, née en 1821

= Étienne Antoine Hertzog (1789-1837), est médecin comme son père (« médecin physicien ») à Sélestat. En 1827 il épouse Marie Anne Joséphine Adèle Strecher (née en 1808 à Sélestat). Ils ont cinq enfants :
1- Marie Stéphanie Hertzog, née le 26 décembre 1828, qui épouse Xavier Stackler ; ils ont deux enfants, Henri Stackler (1852-1945) et Marie Stackler (1853-1916) qui épouse Léon Duméril
2- Adélaïde Aimée Hertzog, née en 1830, décédée en septembre 1881,après un séjour en maison de santé à Nancy (lettre du 12 septembre 1881)
3- Joseph Antoine Louis Hertzog (1832, Sélestat-1849, Strasbourg)
4- Auguste Hertzog (1834-1883, Vesoul), contrôleur du magasin des tabacs, épouse Louise Catherine Hartzer (décédée à Dijon en 1887). Ils ont au moins une fille, Joséphine (Geneviève) Hertzog, née à Rumilly (Haute-Savoie) en 1865, qui épouse en 1888 Maurice Tisserand (fils de Théodore Tisserand, avoué à Beaune).
5- Joséphine Hertzog (née en 1836) épouse Jean Paulin Émile Borel (né en 1812, à Saint-Malo- 1898, Dijon), qui finit sa carrière militaire comme lieutenant-colonel. Ils ont une fille (lettre des 18-19 avril 1877) ; cette fille Jeanne Borel, née à Sélestat en 1862, épouse à Dijon en 1885 Émile Refroigney (né vers 1846 en Algérie), lieutenant militaire ; Léon Duméril est l'un des témoins.



Pour citer cette page

« Oberlé, Clémentine (née en 1821) et son frère Clément Fortuné (1810-1881) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Oberl%C3%A9,_Cl%C3%A9mentine_(n%C3%A9e_en_1821)_et_son_fr%C3%A8re_Cl%C3%A9ment_Fortun%C3%A9_(1810-1881)&oldid=51875 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.