Lundi 20 juin 1859

De Une correspondance familiale


Lettre de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa mère Félicité Duméril (Paris)


Original de la lettre 1859-06-20.jpg


Vieux-Thann

20 juin 1859

Ma chère Maman

Je viens de recevoir à l'instant vos bonnes lettres et je m'empresse de te répondre pour te tranquilliser au sujet de mes domestiques ; si le petit Jean est amoureux de Marie, c'est un sentiment qui, malheureusement pour lui, n'est nullement partagé, c'est un sujet de rire dans toute la maison mais la chose n'est pas plus grave et je suis fâchée de ne pas m'être mieux expliquée et de t'avoir causé cette préoccupation.
Nous avons aussi un jardinier[1] qui est connu depuis longtemps par Charles[2] et que nous sommes bien content d'avoir, c'est un homme marié qui a une fille de 16 ans, ainsi voilà une chose bien arrangée.

Nous avons bien reçu hier la caisse, Charles [ ]

Nous attendons les Zaepffel[3] mercredi ils resteront je pense deux ou trois jours ; j'ai décidément des ouvriers par-dessus la tête. La petite[4] a en effet offert le 15 Juin à son papa un petit bouquet composé d'une fleur d'oranger, d'un petit bouton de rose et de ne m'oubliez pas.
Je t'assure que la lettre d'Adèle[5] était charmante du côté des sentiments, je n'ai pu la lire sans avoir les larmes aux yeux.

Adieu mes chers parents[6], je vous écris bien à la hâte mais je voulais dès aujourd'hui dire à maman que je n'ai aucun souci domestique. J'ai reçu une bien aimable lettre de Mme Rainbeaux[7] en réponse à la mienne ou plutôt aux nôtres ; si elle va en Allemagne, elle viendra nous voir. J'ai écrit à Mme Dollfus[8].

Encore une fois adieu, tous trois nous vous embrassons bien tendrement.
Votre fille Caroline

Mes amitiés aux Dufételle et mille bons souvenirs à bonne-maman[9].


Notes

  1. Alphonse Payot, jardinier, époux de Claudine Volarre et père de Claris Payot.
  2. Charles Mertzdorff, époux de Caroline.
  3. Emilie Mertzdorff, sœur de Charles, a épousé Edgar Zaepffel.
  4. Marie Mertzdorff, née le 15 avril 1859.
  5. Adèle Duméril, cousine de Caroline.
  6. Félicité et Louis Daniel Constant Duméril.
  7. Cécilia Sévelle, épouse d’Emile Rainbeaux, doit se rentre à Wildbad en Allemagne.
  8. Noémie Martin, veuve Frédéric Dollfus.
  9. Alexandrine Cumont, veuve d’Auguste Duméril, l’aîné.

Notice bibliographique

D’après l’original. Il manque la moitié de la lettre.

Pour citer cette page

« Lundi 20 juin 1859. Lettre de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa mère Félicité Duméril (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_20_juin_1859&oldid=40364 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.