XX, Louise

De Une correspondance familiale

Louise est une domestique souvent mentionnée dans les lettres des Duméril et des Desnoyers pendant les années 1850-1860 : elle a travaillé dans plusieurs maisons. Quelques éléments biographiques peuvent être glanés :

Elle est au service d’Eugénie et Auguste Duméril (lettre du 28 août 1855). Elle accompagne la famille Duméril à Trouville (1856, 1859). Louise semble en relation avec Marie et François, domestiques chez les Desnoyers.

Caroline Duméril compatit à son chagrin (septembre 1855) ou signale sa maladie (16 décembre 1957). Et Louise se manifeste lors de la naissance de Marie Mertzdorff et du décès de Caroline : « Quel cœur ! et quels beaux sentiments ! » écrit à ce propos la mère de Caroline (18 décembre 1862).

Louise doit se marier (lettre du 16 janvier 1859), mais le mariage est rompu (lettre du 29 mars 1859). Elle se marie en 1862 : « Louise de chez M. Auguste se marie le 18, elle a gagné son procès et a loué rue Lacépède 5 < > elle est donc à ta disposition et compte sur ton ménage » écrit Eugénie Desnoyers à sa sœur Aglaé qui vient d’épouser Alphonse Milne-Edwards (lettre du 9 octobre 1862). Le travail de Louise pour les Desnoyers et les Milne-Edwards est mentionné dans les années qui suivent.

Louise a un fils (lettre du 10 janvier 1864).

[Voir « Thérèse », elle aussi au service d’Eugénie et Auguste Duméril au début des années 1850 et la monographie sur les personnes employées citées dans les lettres]



Pour citer cette page

« XX, Louise », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=XX,_Louise&oldid=42400 (accédée le 28 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.