Lundi 24 décembre 1917

De Une correspondance familiale


Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering)

original de la lettre 1917-12-24 page 1.jpg original de la lettre 1917-12-24 page 2.jpg


Reçu le 28.12.1917
Répondu le 31 Décembre1917
7 Janvier1918

Ecrit le 29 Décembre 1917
Ecrit à M. Zwingelstein le 28 Décembre1917

secteur postal 160    le 24 décembre

Mon cher Monsieur Meng

Je vous retourne ci-inclus le projet de procuration que vous pouvez faire établir à titre définitif et me retourner à la signature, avec une enveloppe pour M. Miramond[1] auquel je ferai aussitôt parvenir tout le dossier.

Wesserling. Pour le principe il ne faut pas rester sur la lettre de ces messieurs[2]. Quand je les verrai personnellement je leur en parlerai, mais il faut dès à présent répondre à leur lettre dans le sens même où nous avons répondu aux autres, à savoir qu’en raison même des privilèges de façonniers auxquels ils peuvent être eux-mêmes appelés à avoir recours, nous estimons que la plus-value donnée aux tissus façonnés chez nous est une plus-value acquise, et que nous estimons qu’il leur appartiendra à eux de faire leur demande d’indemnité en tenant compte de la value ainsi acquise. Vous ajouterez que bien entendu nous sommes à leur disposition pour leur faciliter toute démarche.

Tuyaux à ailettes. Est-ce que les tuyaux à ailettes de section dont M. ZWingelstein m’a parlé précédemment ne pourraient trouver dans la réquisition projetée un placement avantageux : on pourrait, avant de les proposer, voir un peu quel prix en donnerait l’administration.

Charbons. Je m’étonne que le prix de la houille reste à 10 F. Dans ces conditions, pour le personnel travaillant on maintiendra le prix de 6 F. En principe nous devons supprimer d’une manière générale le charbon au personnel non travaillant, celui-ci étant du reste actuellement occupé ailleurs. on ne pourrait faire d’exception que s’il y a lieu d’intervenir dans certains Cas particuliers, en quelque sorte à titre philanthropique : nombreuses familles, maladie grave : j’estime aussi qu’il faut limiter les quantités. Y a-t-il dans la vallée une Carte de charbon ? Il n’est pas possible que chacun demande la quantité qui lui plaît. Il faut aussi tenir compte des charges : on pourrait peut-être jusqu’en Mai admettre de 80 à 120 kg par mois par ouvrier travaillant selon le nombre d’enfants, et 100 à 150 kg pour les employés, les chefs de service. MM. Meyer, ZWingelstein et Hochstetter ayant 150 kg Cela rentre d’ailleurs à peu près dans vos chiffres : veuillez me donner votre avis. Le nombre des ouvriers travaillants a d’ailleurs augmenté et il ne faut pas nous faire prendre par là. Des ouvriers ne travaillant pas régulièrement devraient être exclus, me semble-t-il.

Je crois qu’il faut se décider à vendre le sulfate de Baryte et la fécule aux prix que vous indiquez : à moins que les Scheurer ne vous offrent un prix Supérieur.

Pour combien de temps ZWingelstein pense-t-il en avoir encore à occuper autant d’ouvriers ?

[Bien cordialement]

GP


Notes

  1. Joseph Jean Marie Miramond de Laroquette.
  2. Probablement MM. Gros et Petit.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 24 décembre 1917. Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_24_d%C3%A9cembre_1917&oldid=40419 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.