Vendredi 26 juin 1874

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1874-06-26 pages 1-4.jpg original de la lettre 1874-06-26 pages 2-3.jpg


Paris le 26 Juin 1874.

Mon Père chéri,

Que je commence par te remercier de ta bonne lettre reçue hier matin qui nous dit que vous avez fait bon voyage et que tu n’es pas trop fatigué tout est donc pour le mieux. Il me semble qu’il y a bien longtemps que tu es parti que je n’ai plus causé avec toi puisque c’est Émilie[1] qui t’a écrit mercredi pendant que je me promenais dans les airs puisque j’avais comme style si j’étais petit oiseau. moi j’airais directement à Vieux-Thann embrasser mon papa puis je reviendrais voir tante[2] et ainsi de suite malheureusement j’ai dû me borner à faire une composition avec des si qui j’en suis bien persuadée est horriblement mal comme toutes celles que je fais en ce moment. On voit bien que je ne suis plus phénomène.

Maintenant passons au bulletin de santé qui est très considérable. 1° Mme Trézel[3] va beaucoup mieux et l’on est maintenant presque sûr qu’elle se remettra  2° Mlle Amélie Masterson[4] même mieux elle a fait le tour de sa chambre hier et est restée dans un fauteuil toute la journée. 3° Mlle Emilie Mertzdorff besoin extrême de jeu est encore en vacances ce qui la ravit ; mine meilleure, gentillesse très grande, maladie de rire.

Je crois que voilà à peu près nos malades les plus intéressants, les autres vont toujours de même. Moi je continue avec ardeur mes douches qui m’amusent toujours de même. Mardi j’ai été au bain froid où j’ai beaucoup nagé.

Hier nous avons eu à déjeuner Mme Festugière[5] qui est en passage à Paris avec ses deux petits garçons qui sont ravissants et nous ont bien amusés. A midi nous avons été à la douche puis à 3 h rue de l’Épée de Bois à l’ouvroir qui y est organisé pour les enfants des classes maintenant que nous n’avons plus de catéchisme nous tâcherons d’y aller tous les Jeudis.

Le soir bonne-maman[6] et Jeanne Brongniart sont venues nous faire une petite visite. Après le dîner nous avons tous été dans la ménagerie[7] même Emilie qui en a paru très bien.

Aujourd’hui rien de nouveau nous avons déjeuné à 9 h à cause du conseil. Il pleut de temps à autre Émilie vient de partir chez Mme Pavet[8] moi j’irai aussi tout à l’heure y passer ma récréation puis à 4 h j’aurai Mme Lima[9]. Tante est sortie de bonne heure pour faire une quantité de courses. Te voilà j’espère mon petit père chéri bien au courant de toute notre vie.

Hier oncle[10] a reçu une lettre de M. Vaillant[11] au sujet du bord de la mer. Il n’y a qu’une maison (très bien paraît-il) à Saint Briac mais on ne voit pas la mer elle est à 5 ou 6 minutes de la plage et fort cher. Il y en a une aussi à St Lunaire mais si petite que nous ne pourrions jamais nous y loger. Nous croyons que rien de tout cela ne pourra nous convenir aussi tante va-t-elle écrire aujourd’hui à Mme Pépin pour avoir des renseignements sur la maison de Port[12].

Adieu mon petit père chéri je t’embrasse bien bien fort.

Beaucoup de baisers à cette chère bonne-maman ainsi qu’à bon-papa[13]. N’oublie pas non plus oncle Léon[14]. Ici tout le monde me charge de mille amitiés pour toi.

Ta fille

Marie

Marie Des Cloizeaux vient de perdre son grand-père[15] qui était malade depuis bien longtemps.


Notes

  1. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  3. Auguste Maxence Lemire, veuve de Camille Alphonse Trézel.
  4. Amélie Masterson, cousine anglaise.
  5. Cécile Target, veuve de Georges Jean Festugière et mère de Paul et Georges.
  6. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  7. La ménagerie du Jardin desplantes.
  8. Louise Milne-Edwards, veuve de Daniel Pavet de Courteille.
  9. Mme Lima, professeur d’allemand.
  10. Alphonse Milne-Edwards.
  11. Probablement Léon Vaillant.
  12. Port-en-Bessin.
  13. Félicité Duméril et son époux Louis Daniel Constant Duméril.
  14. Léon Duméril.
  15. Raoul Paris d’Illins.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 26 juin 1874. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_26_juin_1874&oldid=56935 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.