Vendredi 14 juin 1878

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1878-06-14 pages 1-4.jpg original de la lettre 1878-06-14 pages 2-3.jpg


Ma chère Marie, je ne t’ai pas écrit hier quoique arrivé à la maison de bonne heure.
En arrivant j’ai trouvé la voiture à la gare & cependant l’on n’avait pas de donnée exacte par la négligence que j’ai mis à oublier ma lettre pour la poste. J’ai de suite fait une visite & très longue visite à Oncle Georges[1] qui allait mieux mais qui pendant 2 jours donnait de grandes inquiétudes il souffre encore de rhumatismes articulaires & a horriblement souffert de suite après son commencement de Jaunisse, impossible de bouger même un doigt pendant près de 8 jours. 5 hommes étaient nécessaires pour le changer de lit ce qui le faisait pousser des cris de douleur.
Enfin le voici allant au mieux je ne l’ai pas vu ce matin encore mais Jules[2] qui sort d’ici me dit qu’il a passé une bonne nuit - première nuit où il a su dormir un peu. Il faut espérer que ce mieux continuera. Jules qui a passé son examen écrit est à la maison depuis quelques jours, en attendant de savoir s’il est admis ce qui ne se saura que vers la fin de ce mois. Si son nom se trouve dans l’officiel lors de la publication des admissibles[3], il retournera à Besançon pour se préparer à l’oral, en attendant il travaille à la maison. Pendant la maladie de son grand-père il a beaucoup soulagé sa grand-mère[4] qui est fatiguée.

hier matin j’ai vu bon-papa[5] d’assez bonne heure, il m’a empêché d’aller au moulin, tout son monde venant ici chez Marie[6].
Mais je vais y aller ce matin si rien ne vient m’en empêcher il est près 11 h.
Sont au Moulin, M. Auguste[7] & Mme Auguste[8]. Paul[9] couche dans l’appartement de son frère[10] mais prend ses repas au Moulin. l’on attend demain M. Mme Mlles de Torsay[11] qui logent chez moi. Georges[12] avait son jour de voyage à Sélestat, il doit rentrer ce matin.
Bonne-Maman[13] va bien, elle va tout naturellement se fatiguer beaucoup avec tout son monde, par contre la satisfaction d’être avec les siens est grande.

Marie[14] n’a pas bonne mine, elle est plus pâle & maigre que jamais. Ce matin son frère[15] est arrivé je viens de le voir, ce qui m’a mis en retard pour bavarder avec toi. Pendant qu’il est ici, sa mère[16] est chez Mme Miquey[17] à l’attendre car il devait s’arrêter pour le déjeuner & comme l’on a le temps & plus que le temps de prendre une tasse au café entre les 2 trains, il n’est pas allé chez les Miquey ne sachant pas sa mère là, ils se sont manqués.
C’est fin du mois que Marie doit aller aux Eaux d’Albisbrunn[18], l’enfant[19] va comme un charme, a bien bonne mine, c’est une grosse fille qui commence à rire à tout propos.

La lettre de tante Zaepffel[20] me demande conseil pour une question que lui fait tante Georges à propos du logement de Georges[21] que Léon[22] voudrait ajouter au sien. Je vais lui répondre qu’elle peut très bien se passer de ce local & qu’elle doit le céder, puisque l’on attribue au logement la mauvaise santé de Marie.

Je n’étais pas trop fatigué de mon voyage, suis déjà un peu au courant de ce qui s’est fait, me suis même oublié à ne me coucher que vers 11 h. Mais aussi ce matin ne me suis-je levé qu’à 7 h.

Embrasse bien pour moi ta grosse sœur[23] & bonne tante[24].
tout à toi  ChsMff
Vendredi 14 juin 78.


Notes

  1. Georges Heuchel.
  2. Jules Heuchel, petit-fils de Georges.
  3. Le nom de Jules (Jacques) Heuchel paraît dans le Journal officiel du 27 juin 1878 dans la liste des admis à l’oral du concours de l’Ecole spéciale militaire.
  4. Elisabeth Schirmer, épouse de Georges Heuchel (« tante Georges »).
  5. Louis Daniel Constant Duméril, qui habite au Moulin.
  6. Marie Stackler, épouse de Léon Duméril.
  7. Charles Auguste Duméril.
  8. Eugénie Duméril, veuve d’Auguste Duméril et sœur de Charles Auguste Duméril.
  9. Paul Duméril, fils de Charles Auguste Duméril.
  10. Georges Duméril.
  11. Charles Courtin de Torsay, son épouse Clotilde Duméril et leurs filles Marguerite et Caroline Courtin de Torsay.
  12. Georges Duméril, qui va épouser Maria Lomüller de Sélestat.
  13. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril.
  14. Marie Stackler, épouse de Léon Duméril.
  15. Henri Stackler.
  16. Marie Stéphanie Hertzog, veuve de Xavier Stackler.
  17. Joséphine Fillat, épouse d’Étienne Miquey.
  18. Albisbrunn, station thermale près de Zurich.
  19. Hélène Duméril.
  20. Emilie Mertzdorff, épouse d’Edgar Zaepffel et sœur de Charles.
  21. Georges Duméril.
  22. Léon Duméril.
  23. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  24. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 14 juin 1878. Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_14_juin_1878&oldid=42422 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.