Vendredi 12 décembre 1913

De Une correspondance familiale



Lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré), à son fils Louis Froissart (Paris)


Fs1913-12-12-pages1-6 Emilie.jpg Fs1913-12-12-pages2-3 Emilie.jpg Fs1913-12-12-page4 Emilie.jpgFs1913-12-12-page5 Emilie.jpg


 Brunehautpré
Campagne-lès-Hesdin
Brimeux
Pas-de-Calais

12 Xbre

Mon cher Louis,

Michel[1] m’a dit ce matin que tu avais dû rester à la maison parce que tu avais mal à la tête. Tout cela est bien trop souvent répété et cela m’ennuie. Si tu te sens encore souffrant demain, va voir M. Arnould[2], mais je serais plus sûre que tu dis tout si j’y allais avec toi et je m’arrangerai pour arriver à temps pour t’y mener Mardi, même si ton papa[3] ne peut partir en même temps que moi.

Nous avons vu Pierre[4] Mercredi. Il paraît encore plus grand ! Quand je suis arrivée au quartier, il épluchait les patates et est venu me recevoir avec un bourgeron et pantalon de treillis, un tablier bleu et des sabots. Son calot lui donnait un petit air dégagé tout de même. Il a loué une bonne chambre dans l’ancienne maison des Magnabal[5] rue Pierre Dubois et la propriétaire se charge de faire sa chambre, de le blanchir et raccommoder. Il trouve un bon feu le soir et se lave avec délices.

Ton papa a été toute la journée en conférence avec Ronfort[6] et Ignace et François[7] au sujet des menuiseries du presbytère.

Nous serons très heureux d’avoir Michel pour la vente de M. Leconte[8]. Il a une très bonne idée d’y venir. Et Pierre sera aussi bien content de le voir ; je crois que les visites lui font un grand plaisir.

Je me vois forcée de te dire adieu parce que ton papa qui part ce soir pour Douai (pour une affaire qui peut intéresser Jacques[9]) m’appelle pour faire sa valise.

Je t’embrasse donc bien tendrement en t’engageant à te soigner, et surtout à être raisonnable.

Émilie


Notes

  1. Michel Froissart.
  2. Le docteur Edmond Arnould (1863-1953).
  3. Damas Froissart.
  4. Pierre Froissart, nouvellement incorporé à Douai.
  5. Léon Magnabal et sa famille.
  6. Probablement Alfred Ronfort, architecte demeurant à Auchy-lès-Hesdin.
  7. Ignace Tilliette et son fils François Tilliette, menuisiers.
  8. Il s’agit probablement de Daniel Lecomte, cultivateur à Brunehautpré.
  9. Jacques Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Vendredi 12 décembre 1913. Lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Brunehautpré), à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_12_d%C3%A9cembre_1913&oldid=56893 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.