Samedi 7 septembre 1844

De Une correspondance familiale


Lettre d’André Marie Constant Duméril (Le Havre) à son fils Auguste Duméril (Paris)


Original de la lettre 1844-09-07-page1.jpg Original de la lettre 1844-09-07-pages2-3.jpg


268

1844

Havre Samedi 7. 7bre

je reçois ta lettre, Mon cher ami et comme j’ai écrit hier soir à ta mère[1], je n’ai pas beaucoup de choses à te dire. cependant je dois vous parler d’Emilie[2] dont la maladie ne s’aggrave pas et ne donne aucune inquiétude sérieuse. L’éruption qui s’est faite sur les mains, les avant-bras, les pieds et les jambes n’est pas très forte ; quoiqu’elle soit, comme cela a lieu le plus souvent, accompagnée de gonflement. la gêne dans la déglutition continue ; cependant elle avale plus facilement les liquides. ce matin la figure était moins angoissée et les joues, ainsi que les yeux, moins injectés. au total la maladie n’est pas excessivement développée. Les fonctions générales se font : il n’y a pas d’aphtes et l’arrière pharynx est moins gonflé.

M. DelaRoche[3] et moi dînons aujourd’hui chez Madame Pochet[4]. madame DelaRoche a arrangé de me conduire à Eprémesnil[5] où elle croit que je n’ai pas encore été mais je pense qu’elle se trompe. je dois me retrouver chez elle à 4 heures.

Henry[6] a arrangé une partie pour demain Dimanche. nous allons, avec les enfants Latham et Pochet, M. Pesle le précepteur, et à ce que m’a dit Madame Latham[7], Mlle Cécilia, à Trouville. Pour profiter du bateau à vapeur, il faut quitter le havre à cinq heures un quart. Nous passerons deux ou trois heures à Trouville d’où, après y avoir déjeuné, nous nous ferons conduire, par terre, à l’aide d’une voiture qu’on trouve facilement, à Honfleur ; parce que de là le bateau à vapeur part plus tôt pour le Havre et Henry dit que nous pourrons nous embarquer à cinq heures, afin d’arriver pour dîner à la côte.

C’est toujours pour lundi soir à neuf heures que M. DelaRoche et moi monterons sur le paquebot le grand turc qui nous déposera à Southampton vers dix heures et demie du matin le mardi 10, de là nous prendrons le chemin de fer pour Londres.

Voilà le détail de mes faits et gestes. ainsi vous n’aurez pas de mes nouvelles avant mardi, ne pouvant écrire que lundi.

adieu, Mon Cher ami. bien des amitiés à toute la famille.

C.D.

Le petit Gastambide[8] se passe très bien du lait de sa nourrice.


Notes

  1. Alphonsine Delaroche.
  2. Emilie Delaroche, épouse d’Adrien Joseph Gastambide.
  3. Michel Delaroche, marié à Cécile Delessert.
  4. Mathilde Delaroche, épouse de Louis François Pochet.
  5. Eprémesnil, à la périphérie du Havre, est connu pour son château.
  6. Henri Delaroche.
  7. Pauline Elise Delaroche, épouse de Charles Latham, mère de Cécilia.
  8. Eugène Gastambide.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril à sa femme, p. 48-50)

Annexe

Monsieur A. Duméril

Professeur agrégé de la Faculté de médecine

7 rue Cuvier

jardin du Roi

Paris

Pour citer cette page

« Samedi 7 septembre 1844. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Le Havre) à son fils Auguste Duméril (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_7_septembre_1844&oldid=35659 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.