Dimanche 8 septembre 1844

De Une correspondance familiale

Lettre d’Alphonsine Delaroche (Paris) à son mari André Marie Constant Duméril (Le Havre)

Original de la lettre 1844-09-08-page1.jpg Original de la lettre 1844-09-08-page2.jpg Original de la lettre 1844-09-08-page3.jpg Original de la lettre 1844-09-08-page4.jpg


278

Dimanche 8 Septembre 1844

Le dimanche est cause que je n’ai que très peu de temps pour t’écrire mon bon ami ; Nous avons reçu tes deux lettres ce matin et nous t’en remercions ; Nous y voyons avec satisfaction que l’état d’Emilie[1] éprouve un peu de mieux, il faut espérer que c’est pour continuer à s’améliorer toujours. Cependant M. G.[2] ne veut pas quitter le Havre cela se conçoit parfaitement, dis-lui toute la part que nous prenons à ses soucis causés par cette maladie si inattendue. Dis aussi cela à Mme Delaroche et à mon frère[3].

Tu t’es donc décidé à accepter l’offre de M. Delaroche de faire à vous deux le voyage à Londres, Il éprouve sûrement une grande satisfaction à faire que tu ne manques pas ce voyage dont tu te faisais un véritable plaisir, il ne sera pas long ce voyage. mais enfin vous aurez pourtant le temps j’espère de voir bien des choses ; je désire bien que tu n’éprouves pas le mal de mer. Ecris-moi je t’en prie le plus tôt possible après que tu seras arrivé à Londres. Si le temps devenait humide et frais songe à endosser de suite un gilet de dessous.

Aujourd’hui le temps prend un air incertain, je souhaite vivement que la pluie ne vienne pas troubler votre jolie partie de campagne.

Nous continuons à être tous bien ici, Adèle[4] est toujours plus charmante ; nous avons dîné hier chez Constant[5], aujourd’hui c’est à la maison, et nous ne sortons point du tout avec la voiture ; ces jours prochains je m’en servirai un peu pour quelques courses nécessaires ; hier Eugénie s’en est servie pour achever sa filée de visites ; dans la journée d’hier nous avons eu la visite de toute la famille Baleste.

Adieu mon cher et bon ami l’heure me talonne pour que ma lettre parte. Je t’embrasse tendrement, tes enfants font de même. Tous les membres de la famille ont été très occupés des nouvelles du Havre.

Dis à ces Dames de la part de Mme de Tarlé[6] que c’est par discrétion qu’elle ne leur écrit pas, mais qu’elle prend la plus grande part à la maladie d’Emilie et aux préoccupations qu’elle leur donne.


Notes

  1. Emilie Delaroche, épouse d’Adrien Joseph Gastambide.
  2. Adrien Joseph Gastambide.
  3. Michel Delaroche, frère d’Alphonsine, et sa femme Cécile Delessert.
  4. Adèle Duméril, fille d’Auguste et Eugénie, est née le 13 mai 1844.
  5. Louis Daniel Constant Duméril.
  6. Suzanne de Carondelet, épouse d’Antoine de Tarlé.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Madame Duméril Delaroche à son mari, p. 40-42)

Annexe

Monsieur Duméril

Chez MM. Delaroche, Armand. Delessert et Cie

Havre

Pour citer cette page

« Dimanche 8 septembre 1844. Lettre d’Alphonsine Delaroche (Paris) à son mari André Marie Constant Duméril (Le Havre) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_8_septembre_1844&oldid=39708 (accédée le 29 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.