Mercredi fin décembre 1871

De Une correspondance familiale

Lettre de Jeanne Scheurer-Kestner (Paris ?) à Marie Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1871-12-fin pages 1-2.jpg


Mercredi matin

Ma chère Marie !

Je n'ai que dix minutes pour répondre à ta bonne lettre, aussi je ne me vante pas que la mienne soit bien écrite. Nous rentrerons la semaine prochaine et j'attendrai que nous soyons de retour pour te donner des lots et pour prendre des billets ; car ici je n'ai rien de quoi faire des ouvrages. Quand la loterie aurat-t-elle lieu ? Réponds immédiatement à ma question, car je voudrais savoir combien de temps j'ai pour ses préparatifs. En tous cas Mlle Barth et moi nous te donnerons plusieurs petits lots. Peut-on faire des objets de poupée ? Adieu chère Mimi, je t'embrasse ainsi que : Emilie[1], Marie et Hélène[2].

Maman[3] et moi nous faisons saluer tes parents[4] <et> Suzanne[5] vous embrasse toutes, ainsi que Mlle Barth. Françoise[6] salue Cécile[7]...

Adieu à bientôt


Notes

  1. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  2. Marie et Hélène Berger.
  3. Céline Kestner, épouse d’Auguste Scheurer.
  4. Eugénie Desnoyers et son époux Charles Mertzdorff.
  5. Suzanne Scheurer-Kestner, sœur de Jeanne.
  6. Françoise est probablement domestique chez les Scheurer-Kestner.
  7. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi fin décembre 1871. Lettre de Jeanne Scheurer-Kestner (Paris ?) à Marie Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_fin_d%C3%A9cembre_1871&oldid=42825 (accédée le 29 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.