Mercredi 25 mars 1874

De Une correspondance familiale


Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1874-03-25 pages 1-4.jpg original de la lettre 1874-03-25 pages 2-3.jpg


Mercredi 25 Mars 74[1]

Mes chers Enfants.

En vous quittant j'avais bien peur de manquer l'heure du chemin de fer, car en déposant l'Oncl[2]e au châtelet je n'avais plus qu'une ½ h & il s'agissait de faire enregistrer ma caisse. Heureusement que le cheval a fait ce qu'il a pu & j'ai eu tout juste le temps nécessaire pour prendre billet & enregistrer la caisse. J'ai trouvé à ma grande surprise Mme Paul qui avec M. & Mme Laroze à la station, la grand-mère retournait à Mulhouse & nous avons fait voyage ensemble en société d'un bon Suisse.

Mme Paul a loué une maison dans la vallée de Montmorency, mais beaucoup trop cher pour ses petits revenus & je crois bien que ces bons amis vont se mettre de gaîté de cœur dans une grande gêne.

Arrivé à MulhousePaul est venu à la rencontre de sa femme j'ai déjeuné au buffet, l'on a tout le temps pour le faire convenablement. En route j'ai pris l'ami Léon[3] à Lutterbach, nous avons eu un bon moment de causer famille & fabrique.

Ses parents[4] vont bien me dit-il, lui-même n'a pas besoin qu'on lui demande des détails sur sa santé, il est assez content de son Morschwiller, cependant de ce côté tout est encore difficile.

A la maison mon Oncle[5] est très bien portant & de même Georges[6] qui était au bureau au moment de notre arrivée.

Nanette[7] a toujours une figure rayonnante lorsqu'elle me voit, elle ne dissimule pas son contentement.

Tout ce monde m'a demandé des nouvelles de tous les Parisiens & j'ai passé un bon moment avec l'Oncle[8].

Pendant mon voyage j'ai assez bien dormi en Wagon & malgré ce sommeil de 3 heures j'étais fatigué & me suis couché une heure sur le canapé de mon cabinet.

Le jour de mon arrivée je me suis un peu mis au courant des affaires de bureau. j'ai vu que le travail quoique faible est assez régulier il y a de quoi occuper les ouvriers que j'ai.

Léon qui a dîné avec nous, nous a donné quelques détails sur sa soirée de Wesserling, l'on s'y est bien amusé, il dit avoir dansé beaucoup & comme le lendemain il est resté chez son ami l'on a encore dansé dans la journée du Dimanche. Ce n'est que le soir qu'il est rentré à Morschwiller.

Georges[9] travaille au laboratoire une grande partie du temps, il a l'air de prendre goût à l'industrie. Les Dimanches il les a passés à Morschwiller & ses soirées dans le laboratoire. Dès ce matin il s'est emparé des nouveaux fourneaux que je lui ai portés.

Quant à moi, je ne dis pas que dès le matin j'étais à la fabrique, car je me suis levé tard & n'ai déjeuné qu'à 8 h. Mais enfin je viens de faire un grand tour. j'ai eu le plaisir de voir Pétrus qui commence à venir passer quelques heures à son atelier. Il va assez bien, mais il lui faudra encore bien des ménagements avant de se remettre complètement de sa maladie.

En ce moment nous avons beaucoup de malades à la fabrique.

Ma nuit en chemin de fer a été froide nous avons trouvé entre Vesoul & Belfort les ruisseaux couverts de glace. Tandis qu'à Mulhouse & Thann il n'y a pas eu de gelée blanche. Certainement la végétation est de 15 jours à 3 semaines en retard sur Paris, c'est à peine si les Lilas commencent à bourgeonner tandis que vous avez déjà des petites feuilles.

Il y a encore pas mal de neige dans les montagnes le Rossberg est tout blanc jusqu’à très bas, aussi les rivières ont-elles par la fonte des neiges un peu plus d'Eau. Mais il fait en ce moment un temps très doux & agréable, le jardin vu des fenêtres de la salle à manger est me paraît bien soigné.

Quant à la maison je l'ai trouvée en ordre parfait & je vois que le seul hôte que j'y avais laissé n'y a fait que de bien petits séjours. Du reste Nanette a bien soin de tout & vous savez qu'elle aime bien les nettoyages.

Un bon bec à mes petites Chéries[10] que j'aime, foule d'amitiés à Oncle & tante[11]

tout à vous votre père

Charles Mff.

Georges a reçu une lettre de sa sœur[12] qui va bien, elle avait son père auprès d'elle.


Notes

  1. Lettre sur papier deuil. Charles Mertzdorff rentre d’un voyage à Paris.
  2. Alphonse Milne-Edwards.
  3. Léon Duméril.
  4. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril.
  5. Georges Heuchel.
  6. Georges Duméril.
  7. Annette, cuisinière de Charles Mertzdorff.
  8. Georges Heuchel.
  9. Georges Duméril.
  10. Marie et sa sœur Emilie Mertzdorff.
  11. Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers.
  12. Clotilde Duméril épouse de Charles Courtin de Torsay.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 25 mars 1874. Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_25_mars_1874&oldid=41186 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.