Jeudi 3 août 1865

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)


Original de la lettre 1865-08-03-pages1-4.jpg Original de la lettre 1865-08-03-pages2-3.jpg


CHARLES MERTZDORFF

AU VIEUX THANN

Haut-Rhin[1]

VieuxThann

3 Août

Ma chère petite Gla,

Que je voudrais pouvoir te donner un bon conseil et pouvoir te tirer d'embarras. Mais que reproches-tu à Marie ? Est-ce assez grave pour ne pouvoir la conserver réellement ? Car vois-tu il faut bien en prendre son parti nous ne pouvons retrouver des François et Pauline[2], et une Cécile[3] est chose bien rare. Comme toi j'ai mes ennuis avec mes cuisinières, je suis décidée à ne pas conserver celles que nous avons en ce moment. Et si je te racontais que Nanette[4] avait été dire à la cuisinière qui entrait du mal des 2 bonnes[5] et de Madame ? mais que veux-tu, celle-là c'était dans l'espérance de rester ici, car c'eût été d'une épouvantable ingratitude après l'avoir soignée pendant 2 mois ! Et Marie qui se met en tête de se marier ! Enfin tu vois que je te comprends, mais il ne faut pas exagérer les choses, quand on a, comme nous, tant de causes de bonheur réel, il faut tâcher de se cuirasser contre ces sortes d'ennuis qui vous absorbent cependant malgré soi.

Je n'ose te donner un conseil quant à Louise, d'abord la crois-tu assez forte pour entrer comme cuisinière ? Et puis M. Edwards[6] ne serait-il pas ennuyé de rencontrer Charles[7] dans la maison ?

Je comprends ta perplexité. Steph[8] et M. s'entendent donc contre la maison ?

Tu me parles de la venue à Paris de Cécile Ernest[9] &&. Pour quand ? Ils vont bien. Et un voyage pour toi il n'en est donc plus question ?

Ne t'agite pas, je t'en prie outre mesure, ta santé est plus précieuse à tous que tout le reste.

Nous avons été bien contents d'avoir Alfred[10] et les mioches[11] parlent toujours de l'oncle Alfred, Mimi voulait lui écrire mais le temps nous manque. C'est demain la fête patronale à l'Eglise. Mme Zaepffel[12] est partie hier. Dis à Alfred que j'ai reçu 3 gigantesques melons que j'ai ainsi distribués : un à Colmar, un à Morschwiller[13], 1 au Vieux Thann[14]. Il peut faire compliment à son jardinier. la qualité était jointe à la beauté.

Dis encore à ce cher Directeur[15] que Charles[16] accepte la mairie ! (il n'en reviendra pas), Qu'on a tant fait que j'en suis venue à le lui conseiller. Je reçois la lettre de maman[17], merci à elle aussi pour ses bonnes amitiés et il me la faut avec Julien[18] avant le 15. Nous comptons régaler pompiers etc. et j'ai besoin des 2 pour m'aider, Adieu ma Gla chérie, je t'embrasse de la part de tous ceux d'ici et pour tous ceux de là-bas

ta sœur amie

Eug. Mertzdorff

Tiens-moi au courant de ce que tu décideras pour ta maison. Que je te <plains>

Et la fête de maman, nous n’en avons pas encore parlé. Je n’ai rien ici à pouvoir lui offrir ; que tu serais gentille de me donner une idée.

Si tu crois qu’un coussin de pieds en tapisserie, ou bien si la 1re chaise en tapisserie que nous lui avons faite est usée ? Tu pourrais choisir un joli dessin et me l’envoyer. Je commencerais maintenant et pourrais continuer avec maman, enfin écris-moi ce que tu penses, et ce que tu comptes faire. Je voudrais bien avoir une idée de quelque chose qui lui fasse plaisir.

Encore quelques bonnes caresses.


Notes

  1. En-tête imprimé.
  2. François et Pauline, domestiques chez les Desnoyers.
  3. Cécile, bonne des petites Marie et Emilie Mertzdorff.
  4. Annette dite Nanette, domestique chez les Mertzdorff.
  5. Probablement Catherine et Marie, domestiques chez les Mertzdorff.
  6. Henri Milne-Edwards, beau-père d’Aglaé Desnoyers.
  7. Charles non identifié, possiblement l’époux de Louise.
  8. Marie et un(e) autre domestique des Milne-Edwards.
  9. Cécile Milne-Edwards et son époux Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  10. Alfred Desnoyers, frère aîné d’Eugénie et Aglaé.
  11. Marie (Mimi) et Emilie Mertzdorff.
  12. Emilie Mertzdorff, épouse d’Edgar Zaepffel et belle-sœur d’Eugénie ; elle habite Colmar.
  13. Les Duméril habitent à Morschwiller.
  14. Marie Anne Heuchel, veuve de Pierre Mertzdorff, habite à côté de son fils Charles à Vieux-Thann.
  15. Alfred Desnoyers.
  16. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers. Il sera maire de Vieux-Thann jusqu’en 1872.
  17. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  18. Julien Desnoyers, jeune frère d’Eugénie et Aglaé.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 3 août 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_3_ao%C3%BBt_1865&oldid=40059 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.