Jeudi 21 décembre 1865

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)


Original de la lettre 1865-12-21-pages1-4.jpg Original de la lettre 1865-12-21-pages2-3.jpg


Vieux-Thann

21 Décembre 1865

Ma chère petite Gla,

Voici tous nos habits[1] presque terminés, je puis donc me donner le grand plaisir de venir causer avec toi.

Tu as donc été souffrante, ma Chérie, tu as eu de la fièvre, tu as dû garder le lit ? Mais d’où cela viendrait-il ? Maman[2] me dit que tu vas bien, mais j’aimerais à en avoir encore la confirmation et savoir que tu ne te sens plus faible et que tu peux sortir de nouveau.

Je ne t’ai pas encore remerciée pour les commissions et cependant tout était parfait ; tout est on ne peut mieux arrivé et je veux te bien remercier car je sais combien tous ces achats donnent de peine et combien on fait de courses avant d’arriver à un bon résultat.

Tous les objets de luxe sont charmants, le chapeau, les coiffures & tout cela est très joli ; il ne s’agit plus que de belles occasions pour revêtir toutes ces beautés, enfin vous avez très bien réussi je suis très contente de tout. Pour la salle d’asile, c’est très bien aussi, j’ai ajouté une partie des bonbons de l’arbre de Noël et ce sera convenable.

Samedi à 11h nous donnerons nos vêtements aux enfants à la maison avec tartelettes ; à 2h nous irons à la salle d’asile pour l’arbre de Noël et ensuite je tâcherai d’aller à Thann à l’Église. Voilà ma chérie, nos fêtes, ensuite nous rentrerons dans le calme, il nous semble qu’il n’y aura plus rien à faire. Il faudra nous occuper des petits travaux de jour de l’an, je n’ai encore rien commencé ; à propos les 2 dessins sont très jolis et je te remercie encore pour cela. Mais je demande des explications je vais faire mes dessins, je crois que ça ira vite : D Quelle longueur, quelle largeur faut-il donner aux ménagères, envoie-moi par la poste la patron avec toutes les explications pour les doubler. Je demande aussi la même chose pour le panier de Mme Zaepffel[3], patrons et explications.

Je joins encore quelques commissions, tu enverras cela avec le manteau de Mme Duméril[4]. Les enfants[5] nous font des surprises, nous ne faisons pas d’arbre de Noël, c’est donc de toute justice que nous n’ayons pas les mains vides quand on nous souhaitera la bonne année.

Les petits choux sont toujours bien gentilles, si je leur consacre tous mes instants elles me paient bien en affection, elles sont toujours à me croquer et elles ne voient rien au-dessus de leur maman. Mimi s’écriait hier soir : Quelle bonne surprise si tante Cala[6] venait, comme je la croquerais, je l’aime tout à fait comme toi.

En ce moment elles sont avec leur 2 petites amies[7] installées à travailler à leurs surprises. Charles[8] est à Morschwiller et je suis restée à causer avec toi pendant que Cécile[9] a promené Mimi.

Es-tu toujours contente de ton domestique ? Comment va Louise[10] ? Es-tu plus tranquille avec ta maison ?

C’est bien heureux que Cécile[11] n’ait pas gagné la petite vérole ? Fais-lui bien mes amitiés. Comment va Adèle[12] ? Le mieux continue-t-il toujours ?

Rose[13] doit t’être bien reconnaissante d’avoir pu la faire entrer à la rue de l’Epée de bois[14]. Comment va Pauline[15].

La caricature de je ne sais quel professeur au-dessus duquel est écrit Noël Dumas[16] amuse bien ces demoiselles, il est affiché dans leur chambre à côté de la grande lettre de St Nicolas.

Quand tu verras Bathilde[17] fais-lui bien mes amitiés ainsi qu’à toute la famille. Est-ce que M. Duval est aveugle ? Et les Target sont-ils rentrés ?

Adieu, ma Gla, donne-moi de tes nouvelles, je t’embrasse, embrasse maman et crois à notre affection

Sœur amie

Eugénie M.

Bien des amitiés à Alphonse[18].


Notes

  1. Habits confectionnés pour les pauvres.
  2. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  3. Emilie Mertzdorff, épouse d’Edgar Zaepffel, belle-sœur d’Eugénie Desnoyers.
  4. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant.
  5. Marie (Mimi) et Emilie Mertzdorff.
  6. Aglaé Desnoyers.
  7. Marie et Hélène Berger.
  8. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  9. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.
  10. Probablement la domestique, Louise.
  11. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  12. Adèle Duméril, épouse de Félix Soleil, alitée depuis son accouchement un mois plus tôt.
  13. Rose non identifiée.
  14. Communauté des Filles de la Charité animée jusqu’en 1856 par Jeanne Marie Rendu.
  15. Marie Pauline Louise Target, épouse de Louis Joseph Buffet.
  16. Noël Dumas est aussi un petit cousin des Milne-Edwards, né en 1854.
  17. Bathilde Prévost, épouse d’Alphonse Duval ; ils ont deux filles, Hortense et Jeanne.
  18. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 21 décembre 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_21_d%C3%A9cembre_1865&oldid=54380 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.