Vendredi 26 janvier 1866

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à Félicité Duméril (Morschwiller)

original de la lettre 1866-01-26 pages1-4.jpg original de la lettre 1866-01-26 pages2-3.jpg


Chère Madame,

Deux mots seulement puisque nous aurons le plaisir de vous voir Dimanche. Mais je sais que la chère bonne-maman sera heureuse d'avoir des nouvelles de ses petites-filles[1]. Et comme, en somme, je n'ai que du bon à dire je ne vois pas pourquoi je me tairais. Vous savez que la petite Founi a eu un peu de trouble du côté de l'estomac, mais ça n'augmente pas, sans pour cela disparaître complètement, ça doit tenir à la croissance : elle dort bien et est toujours bien gaie. Mimi travaille avec plaisir et nos matinées sont toujours prises par nos petites leçons ; ensuite on saute au jardin tant qu'on peut ; je tâche de les sortir car, comme bon-papa[2], je suis convaincue que nos petits choux ont besoin d'être un peu moins douillettées.

Vous trouverez, chère bonne-maman, dans la caisse les objets dont nous nous sommes entretenues l'autre jour. Nous sommes heureux que ce soit vous qui portiez ces objets qui ont appartenu à votre bien aimée Caroline[3] ; il y a encore là bien des souvenirs doux et tristes pour vous, mais ces souvenirs vous accompagnent sans cesse ; c'est pourquoi nous avons pensé agir dans l'esprit de Caroline en vous remettant une partie des objets qu'elle portait.

J'ai de bonnes nouvelles de Paris ; Léon[4] vous aura dit < > lettre de Mme Auguste[5].

Adieu, chère bonne-maman, mère et filles vous embrassent de tout cœur et envoient leurs sincères amitiés à bon-papa et à oncle Léon

Votre affectionnée et respectueuse

Eug. Mertzdorff

Pardon pour mon griffonnage mais il est presque midi et j'ai fait travaillé les enfants et ne suis pas habillée.

VieuxThann

Vendredi midi

26 Janvier 66


Notes

  1. Marie (Mimi) et Emilie (Founi) Mertzdorff.
  2. Louis Daniel Constant Duméril, époux de Félicité.
  3. Caroline Duméril, première épouse (décédée) de Charles Mertzdorff et mère de Marie et Emilie.
  4. Léon Duméril, fils de Louis Daniel Constant et Félicité.
  5. Eugénie Duméril, épouse d’Auguste Duméril et sœur de Félicité.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Vendredi 26 janvier 1866. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à Félicité Duméril (Morschwiller) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_26_janvier_1866&oldid=35963 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.