Rendu, Jeanne Marie, dite sœur Rosalie (1786-1856)

De Une correspondance familiale

Cette figure du quartier Saint Médard est mentionnée dans une lettre d’Eugénie Duméril en 1846.

Après ses vœux, en 1807, Jeanne Marie Rendu, dite sœur Rosalie (1786-1856) est envoyée dans le quartier de la rue Mouffetard (près de l'église Saint-Médard). En 1815, elle devient la Supérieure de la communauté des Filles de la Charité, rue de l'Épée de Bois. Elle est connue pour son dévouement auprès des malades et des pauvres ; elle secourt des émeutiers de juillet 1830 et de février 1848. A partir de 1833, elle participe avec Frédéric Ozanam (1813-1853) à la création de la Société de Saint Vincent de Paul. Son buste en marbre est commandé par décret impérial au sculpteur Maindron (1801-1884) ; il est inauguré à la mairie du 12e (aujourd’hui le 5e) en 1856 – il est actuellement exposé au musée de l’Assistance publique (Paris).



Pour citer cette page

« Rendu, Jeanne Marie, dite sœur Rosalie (1786-1856) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Rendu,_Jeanne_Marie,_dite_s%C5%93ur_Rosalie_(1786-1856)&oldid=42240 (accédée le 28 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.