Dimanche 31 octobre 1875

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1875-10-31 pages 2-3 (avec mentions ultérieures).jpg


Paris le 31 Octobre 1875.

Mon petit Papa chéri,

C’est encore moi qui viens aujourd’hui te faire une petite visite et te donner des nouvelles de tout le monde. Jean[1] continue à aller mieux cependant il est toujours au lit, sans appétit et n’a guère bonne mine.
Emilie[2] y est en ce moment car ce pauvre chéri ne s’amuse pas trop tout seul nous irons la rechercher tout à l’heure.

Moi je suis avec tante et oncle[3] dans le laboratoire où ce dernier avait à faire et je t’écris de la table de M. Grandidier[4] après avoir fait une dictée sur cette même table ; j’ai devant moi plusieurs bocaux remplis de superbes choses entre autre je lis sur l’un d’eux « Intestin déroulé de propithèque[5] » tu vois cela d’ici.

Ce matin nous avons été à la grand’messe, puis en rentrant nous avons fait notre nettoyage du pigeonnier qui je t’assure en avait bon besoin les couches étaient épaisses depuis huit jours, Iris reconnaît toujours très bien sa petite maîtresse seulement elle est devenue extrêmement méchante et vous donne des coups de bec sans aucun ménagement, puis nous avons goûté et tu sais le reste.

Hier rien d’extraordinaire à te signaler, nous avons eu Mlle Bosvy avec laquelle j’ai fait presque tout le temps des problèmes ils commencent à devenir plus difficiles il y en a un surtout dont il nous a été impossible de sortir ; Mlle Bosvy le fera chez elle et me l’expliquera si j’avais mon livre ici je te l’enverrais certainement.

Tante est partie à 11h avec Hortense[6] qui était avec nous depuis Jeudi et qui a comme toujours été très gentille ; puis à 3h, après notre leçon, tantine [et] moi sommes arrivées chez Marthe[7] où nous avons joué au ballon pendant une heure.
Demain nous aurons probablement Mme Paul Target[8] avec Louis à dîner et peut-être aussi MmeFestugière[9] si elle n’est pas partie. Elle nous a fait demander par Hortense si nous pouvions la recevoir ce jour-là.

Encore demain Dimanche mon petit papa que tu vas pouvoir ranger et feuilleter le grand livre tout à ton aise tu sais aussi que c’est demain le 1er Novembre et que par conséquent le moment de te rappeler la promesse que tu nous as faite et sur laquelle nous comptons tout à fait vers le 10 tu as dit te rappelles-tu ? Je t’assure que nous nous ne l’avons pas oublié.

Adieu mon bon petit père chéri, il est l’heure de partir et quoique je n’aie pas mes 4 pages je t’embrasse de tout mon cœur.
Ta fille qui t’aime

Marie


Notes

  1. Jean Dumas.
  2. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  3. Aglaé Desnoyers et son époux Alphonse Milne-Edwards.
  4. Alfred Grandidier.
  5. Propithèques, grands lémuriens de Madagascar.
  6. Hortense Duval.
  7. Marthe Pavet de Courteille.
  8. Victorine Duvergier de Hauranne, épouse de Paul Louis Target et mère de Louis.
  9. Cécile Target, veuve de Georges Jean Festugière.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 31 octobre 1875. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_31_octobre_1875&oldid=39650 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.