Vendredi 3 février 1865

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son père Jules Desnoyers (Paris)

Original de la lettre 1865-02-03-pages1-4.jpg Original de la lettre 1865-02-03-pages2-3.jpg


Vieux-Thann

3 Février 65

Mon cher Papa,

Tu as mis le comble à l’amabilité en m’écrivant avant de quitter Launay. Cette course que tu as faite pour nous avait bien du pénible puisque tu la faisais seul et pour te retrouver à un triste anniversaire, dans ce pays si empli de souvenirs pour toi, aussi je viens te remercier pour tout ce que tu as fait là encore pour moi ; en tâchant d’agir pour le mieux au double point de vue de la mémoire de notre bonne Mme Boulez[1] et de l’intérêt des absents. En somme, d’après ce que tu me dis, tu as eu moins d’ennuis que j’en redoutais pour toi. Je suis contente que la cérémonie ait été bien et pour le sable du cimetière et pour les pauvres tu étais sûr d’avoir notre approbation.

Maintenant le fermier[2] est assez au courant, et il me semble que, pour un bout de temps, il n’y a rien en souffrance. Un peu plus tard Charles[3] verra pour les legs.

Tout ce que tu as ordonné pour les semences, plantations && ne peut être que parfaitement bien et beaucoup mieux que nous n’aurions fait nous-mêmes, aussi reçois d’avance tous nos compliments et remerciements.

Je serais contente aussi d’aller avec vous et les enfants[4] faire un petit séjour à Launay. Crois-tu que ce soit possible tant pendant qu’Ambroise[5] sera encore dans la maison ? et que les ennuis ne seraient pas assez nombreux pour contrebalancer le plaisir d’une petite réunion dans ce cher Launay. Mais au reste nous n’avons aucun projet d’arrêté pour notre été ; nous avons l’intention de changer un peu d’air si les santés et les affaires le permettent, mais la mer, Launay, la Suisse && Montmorency && on n’en sait rien. Avant c’est Gla[6] et son mari qui viendront, vous devriez bien aussi venir passer les vacances de Pâques, Alfred[7] pourrait se joindre à nous. Il n’a pu encore nous faire sa petite visite. Il a été en correspondance avec Charles et a mis beaucoup d’activité à répondre à des plans que Charles lui demandait.

Si tu achètes la carte du dépôt de la guerre, il me semble que tu dois être au bout de nos fonds, Charles t’en enverrait, dis-nous le. J’ai reçu la RevueBritannique je te remercie encore pour cela, comme pour le Magasinpittoresque qui fait une excellente lecture pour toute la maison.

Cette pauvre Cécile[8] qui a toujours si peur du feu vient d’apprendre que la maison de ses parents a manqué de brûler et que le mobilier avait été abîmé brisé. Ici nous avons eu beaucoup de morts[9] et de tristes événements dans les affaires, un grand nombre de filatures ferment après avoir fait de grands sacrifices, heureux quand c’est encore à temps. Tous ces tristes événements ne font que vous rendre plus reconnaissant pour le bonheur qu’on possède.

Adieu, mon cher Papa, je t’embrasse bien fort et te prie d’en faire autant à tous les trois en commençant par ma bonne mère[10]. Charles ne fait qu’un avec nous pour vous envoyer nos plus tendres amitiés.

Votre affectionnée

Eug. Mertzdorff

Je n’ai pas le temps de me relire, il est midi. Ça te fera plaisir je fais de la musique et je me mets à l’Allemand.


Notes

  1. Louise Elisabeth Morizot, veuve de Léonard Boulez, décédée le 31 janvier 1864, a légué sa propriété de Launay à Eugénie Desnoyers.
  2. Le fermier de Launay est Désiré Delestang.
  3. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  4. Marie et Emilie Mertzdorff, filles de Charles.
  5. Ambroise Brouard, époux de Louise Gohier, domestique chez Mme Boulez.
  6. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards et sœur d’Eugénie.
  7. Alfred Desnoyers, frère d’Eugénie.
  8. Cécile, bonne des fillettes.
  9. Morts dues à l’épidémie de choléra.
  10. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 3 février 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son père Jules Desnoyers (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_3_f%C3%A9vrier_1865&oldid=36004 (accédée le 28 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.