Vendredi 26 octobre 1917

De Une correspondance familiale

Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering)

original de la lettre 1917-10-26 pages 1-4.jpg original de la lettre 1917-10-26 pages 2-3.jpg


Répondu le 29 Octobre 1917

Paris
26 octobre

Mon cher Monsieur Meng

Je réponds à vos lettres des 20 et 23 octobre. Vous avez en effet bien fait d’attendre pour la fécule. Quand le prix vous semblera devoir rester stationnaire aux environs de 250 F on pourra peut-être vendre ; il ne faudrait peut-être pas trop tirer sur la corde, quoiqu’après la récolte actuelle il y a peu de chances pour que les prix baissent avant le printemps prochain. Si vous croyez que ces prix doivent monter attendez encore.

Quant au chlorure il y a là une différence inexplicable. Le mieux serait d’en causer verbalement avec Wesserling (j’en ai dit un mot à M. J. Gros hier, mais il faut que vous en entreteniez directement leur service des approvisionnements). Vous leur exposerez très franchement la différence entre leur offre et le prix de Burtschell ; peut-être vous donneront-ils une explication ou reconnaîtront-ils leur erreur.

Il faut tenir un compte très exact des frais que nous occasionnent le déblaiement et le triage de nos ruines et de la ferraille. Nous aurons peut-être besoin de le présenter un jour comme justification de nos demandes d’indemnité. Je suis d’accord (dites-le à M. ZWingelstein)[1] pour le démontage du Bâtiment du Zehnthof[2]. Il y aura lieu de mettre toute la Carcasse à l’abri jusqu’à ce qu’on puisse songer à le remonter ailleurs.

Je viens de recevoir votre réponse à ma dépêche à Hochstetter. Je compte être lundi ou Mardi à Lyon.

J’ai eu à m’occuper ce Matin au Ministère des affaires étrangères de la déclaration de nos Biens en Allemagne.
Ce sera encore une affaire difficile.

Cordialement à vous.

GP


Notes

  1. En marge, de la main de M. Meng : « communiqué à Zwingelstein verbalement le 14.11.17 ».
  2. Zehnthof : maison ou grange aux dîmes. La cour dîmière (« Zehnthof ») de l'évêque de Bâle à Cernay est attestée depuis le XIVe siècle ; au XVIIe siècle, elle comporte une cave, surmontée d'un logement pour le receveur, et une grange.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 26 octobre 1917. Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_26_octobre_1917&oldid=35972 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.