Vendredi 23 janvier 1795, 4 pluviôse an III

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens)

lettre du 23 janvier 1795, recopiée livre 1 page 171.jpg lettre du 23 janvier 1795, recopiée livre 1 page 172.jpg


n°81

Rouen le 4 Pluviôse

Maman,

Je pars demain pour Paris[1], par la diligence de 10h du matin. J'y serai rendu le six vers 2 h après midi. J'ai été considérablement occupé ces jours-ci. Qu'on est riche quand on déménage ! mais aussi qu'il en coûte cher pour remuer de place, ou se faire remuer. J'aurai pour près de 60ll de port de mes hardes, livres, et ossements : ce ne sont pas des miens dont je veux parler ; on ne les emballe pas encore. Je me suis occupé de M. Brasseur, Aujourd'hui j'aurai son affaire en poche. Le Citoyen Baudelocque dont j'ai eu occasion de parler à papa[2] est adjoint au professeur d'accouchement Alphonse Leroy : j'ai pour là-bas beaucoup de recommandations, de loin, tout est beau. C'est pourquoi je ne vous parlerai de tout cela que lorsque j'aurai vu de quel bois l'on se chauffe, et avec lequel on chauffe les autres.

Adieu embrassez votre fils

Constant Duméril

Je suis payé et ai payé.


Notes

  1. André Marie Constant Duméril a été choisi comme élève du district d’Amiens pour l’Ecole de santé de Paris.
  2. François Jean Charles Duméril.

Notice bibliographique

D’après le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 1er volume, p. 171-172

Pour citer cette page

« Vendredi 23 janvier 1795, 4 pluviôse an III. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Rouen) à sa mère Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_23_janvier_1795,_4_pluvi%C3%B4se_an_III&oldid=35915 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.