Samedi 29 mars 1873 (B)

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann), avec un mot de Jean Dumas


Paris le 29 Mars 73[1]

Mon cher petit père,

Nous avons reçu hier ta dépêche qui nous a fait bien grand plaisir tu es bien bon de nous avoir ainsi donné de tes nouvelles. Ici nous allons tous très bien comme quand tu nous as quittés ; le temps qui a été très laid hier est de nouveau beau aujourd'hui aussi probablement que demain de suite après la messe nous irons tous prendre Hortense[2] et nous irons à Montmorency tu comprends si nous nous réjouissons c'est bien dommage que tu ne sois pas avec nous. Aujourd'hui nous allons aller chez bonne-maman[3] lui dire un petit bonjour, puis à 1h  ½ chez les sœurs rue de l'Epée de Bois essayer les petites robes que Cécile[4] vient de piquer puis chez la femme Lelong boulevard St Michel où nous avons été avec toi ou plutôt où tu nous as attendues à la porte savoir de ses nouvelles et lui porter quelques petites choses; et enfin, chez Mme Roger[5] prendre notre première leçon de piano. Ce matin j'ai dormi assez tard et ai fait une 1/2 analyse avant le déjeuner puis après nous avons cueilli quelques violettes dans le petit jardin et je suis remontée me plonger dans les <discussions> les plus affreuses me battant tantôt avec <   > puis avec Polyperchon[6] && j'ai eu beau les mettre en tableaux les écrire à l'encre rouge ils n'en sont pas devenus meilleurs. Hier nous avons travaillé toute la matinée puis nous avons été à 2h au sermon de Notre-Dame où nous avons laissé Cécile et nous avons été avec tante[7] acheter de la toile cirée pour sa toilette puis nous avons traversé les halles ce qui nous a fort amusées mais qui ne sentait pas bon du tout par exemple nous avons vu de toutes espèces de poissons et les bonnes femmes voulaient toujours nous en vendre.

De là nous avons acheté un peu du... je ne sais pas trop et avons fini par le pauvre Diable[8] pour une commission à Mme Trézel[9] que nous n'avons pas trouvée nous avons pris l'omnibus et sommes rentrées. Après le dîner oncle et tante[10] sont montés dans notre chambre et pendant que nous nous déshabillons tante nous a lu des lettres de Mme Edwards[11] la mère d'oncle pendant qu'elle était dans le midi. Elles sont vraiment charmantes et elles nous ont bien amusées parce qu'elle y parle de ses enfants[12] et entre autres d'oncle. Tante me charge de te faire bien des amitiés et te dire qu'elle n'est pas mécontente de ses petites filles[13].

Les perroquets chantent ou plutôt crient à qui mieux mieux.

Comment vont oncle et tante Zaepffel[14] ? sont-ils toujours aussi ennuyés et tristes ?

Pourvu que tu ne sois pas trop fatigué, petit père chéri, de tous tes voyages j'espère bien que tu n'as pas été à Senones.

Adieu, cher petit papa, je t'embrasse comme je t'aime c'est à dire à t'étouffer.

Emilie se joint à moi pour t'envoyer tous ses baisers.

Bien des amitiés à bon-papa, bonne-maman[15] que je remercie bien de sa lettre, à oncle Léon[16] sans oublier oncle et tante Georges[17].

ta petite fille Marie M

Cécile te fait dire bien des choses

Je vous embrasse bien fort  

jean Dumas


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Hortense Duval.
  3. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  4. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.
  5. Pauline Roger, veuve de Louis Roger.
  6. Polyperchon (394 av. J.-C.-vers 303), est un général d'Alexandre le Grand.
  7. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  8. Magasin de confection, mercerie, etc.
  9. Auguste Maxence Lemire, veuve du général Camille Alphonse Trézel.
  10. Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers.
  11. Laure Trézel (†), épouse d’Henri Milne-Edwards.
  12. Julie, Cécile, Louise et Alphonse Milne-Edwards.
  13. Marie et Emilie Mertzdorff.
  14. Emilie Mertzdorff et son époux Edgar Zaepffel.
  15. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril.
  16. Léon Duméril.
  17. Georges Heuchel et son épouse Elisabeth Schirmer.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 29 mars 1873 (B). Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann), avec un mot de Jean Dumas », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_29_mars_1873_(B)&oldid=51635 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.