Mercredi 27 novembre 1912

De Une correspondance familiale



Lettre de Damas Froissart (Brunehautpré), à son fils Louis Froissart (Paris)


Fs1912-11-27 Damas Froissart.jpg


 Brunehautpré
Par Campagne-lès-Hesdin
Pas-de-Calais

le 27 novembre 1912[1]

Mon cher Louis,

Par lettre [adressée] [  ]

Le Collège[2] me donne avis que tu ne t’es pas présenté au collège le 25 9bre !! et me demande des explications ?? Je pense que tu en as donné verbalement en y retournant le 25 au soir (ou le 26) Quoi qu’il [en soit] J’ai besoin de savoir ce qui s’est passé afin de ne pas laisser la dite lettre sans réponse : Je suis déjà quelque peu ennuyé de devoir faire attendre mes explications.

Ton frère Jacques[3] nous arrive et paraît ignorer ce dont il s’agit.

Ta mère[4] t’a conté les potins de l’endroit. Nous sommes devenus un second fief de l’abbé Lemire[5] et Morel[6] se convertit !

Veuille nous [rassurer] et bien à toi.

D. Froissart


Notes

  1. Lettre sur papier deuil avec tampon en en-tête.
  2. Le collège Stanislas, dont le censeur est l'abbé François Martin.
  3. Jacques Froissart.
  4. Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart.
  5. L’abbé Jules Lemire.
  6. Victor Morel.

Notice bibliographique

D’après l’original.


Pour citer cette page

« Mercredi 27 novembre 1912. Lettre de Damas Froissart (Brunehautpré), à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_27_novembre_1912&oldid=55971 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.