Lemire, Jules (1853-1928)

De Une correspondance familiale


« Nous sommes devenus un second fief de l’abbé Lemire » écrit Damas Froissart en 1912 (lettre du Mercredi 27 novembre 1912).

Jules Lemire est né en 1853 à Vieux-Berquin (Nord). Tandis que son frère, Achille Lemire, fait partie de la congrégation du Saint-Esprit (à Chevilly-Larue), Jules Lemire est ordonné prêtre en 1878, chanoine honoraire du diocèse de Bourges et enseigne le latin, le grec, la philosophie et la poésie au collège Saint-François à Hazebrouck (Nord) où il avait été élève sous la direction l’abbé Dehaene. Élu député du département du Nord (1893-1928), il doit abandonner son poste de professeur. Maire d'Hazebrouck en 1914, il refuse de choisir entre ses fonctions politiques et son sacerdoce et est condamné par l’Église à ne plus dire la messe, ni à administrer les sacrements ; il est relevé de cette sanction en 1916 par le pape Benoît XV. Jules Lemire fonde la Ligue du Coin de terre et du foyer (1896) et la Société des Jardins ouvriers de Paris et banlieue. Il meurt durant son mandat de maire en 1928 des suites d’une congestion pulmonaire.

De nombreux rapport parlementaires et projets de lois de Jules Lemire sont publiés (tel Le travail de nuit des enfants, dans les usines à feu continu : compte rendu des discussions, vœu adopté, rapport de M. l'abbé Lemire, 1911), ainsi que quelques ouvrages, dont : L'abbé Dehaene et la Flandre (1891) ; Le Cardinal Manning et son action sociale (1893) ; Que feront les religieuses ? (1903).


Pour citer cette page

« Lemire, Jules (1853-1928) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lemire,_Jules_(1853-1928)&oldid=55888 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.