Mercredi 18 Mai 1881

De Une correspondance familiale

Lettre d’Emilie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

Fs1881-05-18 pages1-4-Emilie.jpg Fs1881-05-18 pages2-3-Emilie.jpg


Quel bonheur mon papa, quel bonheur ! c’est donc bien vrai que tu vas arriver, je viens de recevoir ta lettre qui me l’annonce ; Vendredi matin tu seras avec nous ! je suis si contente que cela me donne envie de sauter et de danser, malheureusement j’ai trop peu de temps ce matin pour me livrer à cet excès de joie, car dans 10 minutes, (non car la voilà qui sonne) dans 2 minutes miss Brown sera ici. La voilà à tout à l’heure, je vais speak English.

Maintenant que j’ai fini mon English lesson, mon père chéri, je reviens causer avec toi, mais je me demande comment j’arriverai à te dire autre chose que ceci, c’est que je suis folle de joie à la pensée de te revoir, il n’y a qu’un nuage dans ce bel horizon, c’est que ton séjour sera bien court.

Mais je n’ai pas de temps à perdre pour te mettre au courant de l’emploi de mon temps depuis Dimanche. Pendant l’invasion des Allain[1] il est venu deux personnes qui ont loué la petite maison dans de bonnes conditions à partir du mois de Juillet en sorte que bonne-maman[2] pourra y rester jusque là. Bon-papa[3] demandait 3 000 F, mais vu l’époque tardive de la location il consent à diminuer 375 F pour la location d’une écurie et d’une remise qu’on est forcé de prendre en dehors il reste encore 2 625 F c’est plus qu’on avait osé espérer. Bonne-maman ayant eu la malheureuse idée de prendre un petit morceau de gâteau avec les Allain, en dehors de ses heures réglementaires, sa digestion en a été troublée, elle n’a pas dîné, mais cette indisposition n’a eu aucune suite.

Décidément mon pauvre père, je ne pourrai pas venir à bout de terminer cette lettre, ce matin j’ai été interrompue par la couturière qui venait m’essayer une robe d’été, il a fallu ensuite galoper (c’est le terme propre) chez Mme Roger[4], puis tante[5] ayant quelque chose à dire à Marie[6], nous nous y sommes précipitées ; tante qui allait à Montmorency n’a plus eu que le temps de prendre une voiture pour gagner le chemin de fer et a laissé à Marie le soin de me conduire chez M. Flandrin[7]. J’ai pour la première fois dessiné le modèle vivant ; M. Flandrin me l’ m’avait déjà plusieurs fois dit d’essayer; mais cela ne me tentait pas trop enfin comme aujourd’hui j’avais fini la bosse, je me suis décidée et il n’a pas été mécontent de mon esquisse.

Hier j’ai fait une promenade des plus intéressantes avec Mlle Magdeleine[8] et ses élèves : nous avons visité d’abord Saint-Sulpice en détails puis une collection particulière appartenant à un médecin ami d’une des élèves de Mlle Magdeleine. Tout son appartement est rempli de meubles renaissance, Louis XIII, &, tous les murs sont tapissés de vieilles faïences, les fenêtres couvertes de vitraux, tous les meubles pleins de petits trésors tous plus curieux et plus précieux les uns que les autres. Comme il nous montrait lui-même sa collection c’était fort intéressant.

En rentrant j’ai trouvé Marie et sa fille[9], je ne te parle pas de leur santé, te laissant le plaisir de juger par toi-même les progrès de leur embonpoint.

Pardon mon papa chéri, c’est la dernière fois que je t’envoie mes baisers par l’entremise de ce vilain papier et je me promets de t’en donner en nature dans deux jours. Quel bonheur !


Notes

  1. Émile Allain, son épouse Alice Lebreton et leurs enfants.
  2. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  3. Jules Desnoyers.
  4. Pauline Roger, veuve de Louis Roger.
  5. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  6. Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville.
  7. Paul Flandrin, professeur de dessin.
  8. Mlle Magdelaine, professeure de beaux-arts.
  9. Jeanne de Fréville.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Mercredi 18 Mai 1881. Lettre d’Emilie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_18_Mai_1881&oldid=34985 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.