Mercredi 17 juillet 1918

De Une correspondance familiale

Lettre de Guy de Place (Saint Brévin l’Océan) à Jacques Meng (Fellering)

original de la lettre 1918-07-17 page 1.jpg original de la lettre 1918-07-17 pages 2-3.jpg


Reçu le 22.7.1918
Répondu le 22 Juillet 1918

Saint-Brévin
17 juillet

Mon cher Monsieur Meng,

Votre lettre du 2 juillet est venue me rejoindre ici où je termine quelques jours de permission avant de retourner demain à mon poste.

Vous voudrez bien m’écrire à l’avenir : Etat-Major de l’artillerie Secteur postal 237.

Je ne vois pas pourquoi nous nous laisserions rouler par Campionnet ; lesquels se fichent de nous.

Il n’y a pas que je sache de baisse sur la ferraille et nous pouvons, en cherchant, retrouver acheteur à 24 F. Je serai d’avis de leur répondre que nous ne pouvons pas demander en dessous de 24 et que nous restons à leur disposition à ce prix-là tout en reprenant notre liberté si nous restons sans réponse pendant une huitaine.

Je veux bien accorder la ½ ration de houille pour l’été au personnel travaillant, seulement il faut bien se mettre dans la tête que lorsqu’il n’y aura plus ce sera pour de bon, et que peut-être vaudrait-il mieux se donner un peu de mal pour chercher du bois en été et avoir plus de chance d’avoir du charbon en hiver.

Je pense que Hochstetter va vous revenir, d’après une lettre qu’il m’a écrite. Il aura sans doute vu des choses intéressantes sur les clients et les apprêts de Wesserling.

Cordialement à vous.

GP


Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 17 juillet 1918. Lettre de Guy de Place (Saint Brévin l’Océan) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_17_juillet_1918&oldid=34972 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.