Mercredi 11 février 1880

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1880-02-11 pages 1-4.jpg original de la lettre 1880-02-11 pages 2-3.jpg


Paris 11 Février 1880.

Mon Père chéri,

Est-ce qu’hier soir dans le coin de ton petit salon de Vieux-Thann il ne t’est pas arrivé un écho lointain de tout ce qui se faisait ici ? Je t’assure qu’on a bien pensé à toi et que tu manquais bien à cette grande réunion de famille, la seule chose qui nous consolât c’est que tu n’es pas très amateur de ces sortes d’assemblées et qu’une petite soirée en tête-à-tête t’est plus agréable, néanmoins je vais faire mon possible pour te raconter aussi fidèlement que je pourrai tout ce qui s’est passé ; et d’abord je commencerai par t’envoyer en bloc le nombre incommensurable d’amitiés, de souvenirs dont on m’a chargée pour toi, j’en ai reçu tant que je ne sais pas si la poste acceptera tout.

Second point : nous nous sommes beaucoup amusées, tout a parfaitement marché, dîner et soirée, il y avait beaucoup d’animation et d’entrain, tout le monde semblait satisfait et pour amuser un peu la jeunesse on a dansé dans la bibliothèque. Tu sais déjà le nom des 18 convives du dîner[1] ; le soir sont venus M. Mme Buffet[2] et une petite pincée d’enfants ; les 4 Brongniart[3], les 4 Allain[4], M. et Mme Paul Clavery[5], M. Mme Léonce Berger[6] avec Marie et Hélène[7], Mme Fröhlich[8] et Adèle (Marie va mieux), bon-papa[9], oncle Alfred[10], M. Morel d’Arleux[11]. Tu vois que cela formait un petit noyau assez considérable, les dames étaient assises dans le salon, les Messieurs allaient et venaient partout et fumaient dans le cabinet d’oncle ; dans la salle à manger était disposée la table avec des petits gâteaux & enfin dans la bibliothèque on avait descendu le piano où Mme Allain et Mme P. Target[12] nous ont successivement joué valses et quadrilles. Je suis sûre que de loin tu suis parfaitement toute cette organisation et que tu te figures presque avoir été là ; je crois que M. de Fréville[13] a été très content de cette soirée et moi aussi j’ai été bien touchée de la manière dont chacun est aimable et affectueux pour moi ; Mme Target a été charmante comme tout le monde du reste. J’ai eu aussi bien du plaisir à voir Marie et Hélène et elles de leur côté paraissaient satisfaites d’assister à cette 1ère réunion de famille et de faire la connaissance de M. de F. A 11h1/2 la débâche a commencé et à minuit il ne restait plus personne, tu vois que c’est bien raisonnable et qu’on s’est bien tenu aux limites du Mardi gras. Cette semaine nous avons reçu une pluie d’invitations, demain chez Mme Empis[14], Samedi chez les Wurtz[15], Lundi chez Mme Mangon[16] et Mme Bussy[17] ; partout on a pensé à inviter M. de F et on l’a fait de la manière la plus gracieuse, comme je te le disais je suis fort sensible à la manière si aimable avec laquelle on me traite partout. Je ne sais encore si nous irons à toutes ces soirées, ce n’est plus mon rôle maintenant d’aller au bal ; mais comme Emilie[18] est là et qu’elle n’a pas dansé du tout cette année il est probable que nous accepterons.

Voilà j’espère mon Père chéri, une lettre bien mondaine, et qui répond peu à ce que tu devrais attendre de moi un Mercredi des Cendres ! Mais je n’ai guère l’esprit au Carême dans ce moment, je suis si heureuse, si contente que je ne vois que joie et bonheur partout ! Adieu, mon Père bien aimé, merci mille et mille fois pour ta bonne lettre d’hier qui m’a fait tant de plaisir. Je t’embrasse de tout mon cœur, et je t’envoie toutes les amitiés dont M. de F. me charge tous les jours pour toi.
ta fille qui t’aime énormément,
Marie


Notes

  1. Voir la lettre du 8 février.
  2. Louis Joseph Buffet et son épouse Marie Pauline Louise Target ont sept enfants.
  3. Edouard Brongniart, son épouse Catherine Simonis et leurs enfants Charles et Jeanne Brongniart.
  4. Émile Allain et son épouse Alice Lebreton – avec Emilie et Paul Allain ?
  5. Paul Clavery et son épouse Marie Philiberte Ferron.
  6. Léonce Berger et son épouse Julie André.
  7. Marie et sa sœur Hélène Berger.
  8. Eléonore Vasseur, veuve d’André Fröhlich et mère de Adèle et Marie Fröhlich.
  9. Jules Desnoyers.
  10. Alfred Desnoyers.
  11. Probablement Charles Morel d’Arleux.
  12. Victorine Duvergier de Hauranne, épouse de Paul Louis Target.
  13. Marcel de Fréville, fiancé de Marie Mertzdorff.
  14. Pauline Gabrielle Récappé, épouse de Georges Simonis Empis.
  15. Charles Adolphe Wurtz et son épouse Constance Oppermann.
  16. Noëlie Dumas, épouse d’Hervé Mangon.
  17. Anne Adélaïde Baudouin épouse d’Antoine Alexandre Brutus Bussy.
  18. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 11 février 1880. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_11_f%C3%A9vrier_1880&oldid=42516 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.