Mardi 30 septembre 1817

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1817-09-30-page1.jpg Original de la lettre 1817-09-30-page2.jpg


n° 243 A

Paris le trente septembre 1817

C. DUMERIL, Membre de l’Académie Royale des Sciences de l’Institut, Professeur de la Faculté de Médecine et Secrétaire de la Société établie dans son sein, Médecin en chef de la Maison Royale de Santé, Président des Jurys de Médecine, etc.[1]

Mes chers parents

Nous sommes arrivés hier à deux heures moins un quart sans pluie et sans aucun contre-temps. sinon une petite alerte qui m’a fait craindre d’arriver à Paris sans passeport l’ayant laissé dans une carte des environs de Paris que j’ai oubliée probablement chez Duval[2].

nous sommes réellement pénétrés de toutes vos bontés pour nous et nous craignons de ne vous l’avoir pas assez exprimé ainsi qu’à Duval et à son épouse qui nous ont comblé par leurs attentions.

j’ai trouvé peu d’affaires importantes : cependant je vois combien mes absences feraient tort à ma pratique. l’enfant que j’avais été voir à St Brice est mort le jeudi. j’ai perdu aussi un autre malade. je n’y pouvais rien dans doute, mais les parents m’en voudront sûrement.

nos amitiés à tous et par conséquent à Auguste[3] s’il est encore près de vous. nous avons été bien touchés de sa visite. nous vous embrassons bien tendrement.

Votre fils

C. Duméril

P.S. je suis allé hier à l’institut. on y a lu un mémoire de M. Lapostolle sur les paragrêles on ne l’a pas laissé terminer tant il était verbeux et peu au courant. n’allez pas débiter cette nouvelle.


Notes

  1. L’en-tête est imprimé.
  2. Augustin Duval et son épouse Flore Maressal, chez qui logeaient les Duméril à Amiens.
  3. Auguste Duméril (l’aîné), frère d’AMC Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 3ème volume, p. 159-160)

Annexe

A Monsieur

Monsieur Duméril père, ancien magistrat

Petite rue Saint Rémy, n° 4

A Amiens

Pour citer cette page

« Mardi 30 septembre 1817. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_30_septembre_1817&oldid=40987 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.