Lundi 8 décembre 1873

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


Paris le 8 Décembre 73[1]

Mon petit papa chéri,

Il me semble qu'il y a bien longtemps que je ne t'ai écrit cependant c'était avant-hier[2] mais vois-tu quand on est loin il semble toujours qu'il y a longtemps qu'on ne s'est écrit.
Mlle Bosvy[3] est là je viens de prendre ma leçon maintenant c'est au tour d'Emilie[4].
Hier Dimanche nous avons été à la messe de 8 h en rentrant nous avons fait une grande partie de cache-cache avec Charles et Jeanne[5] puis ils sont venus tous les deux déjeuner avec nous en l'honneur de St Nicolas.
Tu comprendras si nous nous sommes amusées. Comme nous finissions oncle[6] a dit qu'il allait demander à St Nicolas s'il n'avait plus rien pour nous. Ce pauvre oncle l'a appelé longtemps dans l'escalier enfin je crois qu'il est venu car nous avons entendu des chuchotements mais oncle est revenu disant que saint Nicolas trouvait qu'il avait déjà fait beaucoup pour nous. Cependant François[7] est arrivé portant un grand plateau couvert d'une serviette et qu'y avait-il dessous ? une quantité d'animaux en galette absolument d'après nature et qui étaient on ne peut mieux réussi, il y avait des éléphants, une girafe, des serpents, une chèvre & & Ce pauvre petit oncle avait tout fait lui-même et veillé jusqu'à minuit passé.
Nous nous sommes ensuite mis à découper dans la bibliothèque. A 12 h Charles est parti et à 1 h Jeanne. Alors nous avons un peu travaillé & M. Desnoyers[8] est venu ; à 3 heures Emilie est partie avec grand-mère[9] chez tante Louise[10] et moi je suis allée avec tante[11] à la fin de vêpres et rue des Postes. On rentrait nous avons trouvé Emilie ramenée par tante Cécile[12] travaillait déjà à copier son analyse à côté d'oncle ; elle a continué jusqu'au dîner puis jusqu'à l'heure de nous coucher.
Ce matin nous avons été à la messe après déjeuner nous avons travaillé et eu Mlle Poggi[13] jusqu'à 1 h, heure à laquelle nous avons été chez Mme Pavet[14] jusqu'à 2h ½.

Te voilà bien au courant mon petit père chéri de tous nos faits et gestes depuis Samedi tu vois que nous n'avons rien fait de bien extraordinaire par contre beaucoup pensé à toi. Déjà demain quinze jours que tu nous as quittées la moitié du temps passé encore autant et oncle sera là et notre petit père avec lui quel bonheur de nous revoir.

Tu me dis qu'il fait très froid ce qui me paraît étrange ; depuis quelques jours cependant il fait beaucoup plus froid et comme je viens d'apprendre les vents je sais très bien que le vent d'est venant des terres est sec mais comme il traverse la Russie il est froid. Je suis savante n'est-ce pas malheureusement je crains que ce ne soit pas longtemps dans ma tête.

Adieu mon petit père, Founi[15] se joint à moi pour t'envoyer tous nos baisers
ta petite fille
Marie

Amitiés à bon-papa et bonne-maman[16] sans oublier oncle Léon[17]. Comment va tante Georges[18] ? Marie Berger m'a dit qu'elle croyait qu'on avait été forcé de lui ouvrir quelque chose.
Le bonjour de Cécile[19].


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Voir la lettre du 6 décembre 1873.
  3. Marguerite Geneviève Bosvy.
  4. Emilie Mertzdorff.
  5. Charles et Jeanne Brongniart.
  6. Alphonse Milne-Edwards.
  7. François, employé par les Milne-Edwards.
  8. Possiblement Alfred Desnoyers.
  9. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  10. Louise Milne-Edwards, veuve de Daniel Pavet de Courteille.
  11. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  12. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  13. MllePoggi, professeur de piano.
  14. Probablement Louise Milne-Edwards, veuve de Daniel Pavet de Courteille.
  15. Founi : Emilie Mertzdorff.
  16. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril.
  17. Léon Duméril.
  18. Elisabeth Schirmer, épouse de Georges Heuchel.
  19. Cécile Besançon, bonne des demoiselles Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 8 décembre 1873. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_8_d%C3%A9cembre_1873&oldid=51630 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.