Leclerc, Claude (1762-1808)

De Une correspondance familiale

André Marie Constant Duméril cite Leclerc parmi ses professeurs à l’école de Santé en 1795 ; il enseigne la clinique interne à la Charité comme adjoint de Corvisart. En mars 1801, Duméril le remplace comme professeur adjoint d’anatomie et de physiologie à l’Ecole de médecine de Paris, Leclerc devenant professeur de médecine légale. Duméril et Leclerc se retrouvent plus tard au cours d’une mission médicale en Espagne (1804 et 1805). Ils se côtoient également en 1806, lorsque Napoléon les consulte tous les deux, avec Chaussier et Hallé, sur l’opportunité de créer une école française de cires anatomiques : ils font une réponse enthousiaste.

A la mort de Leclerc et de Cabani en 1808, Sue reprend les deux chaires (médecine légale et histoire de la médecine) à l’Ecole de médecine. Leclerc publie un Tableau comparatif de la petite vérole et de la variolette (1803). Claude Leclerc, chirurgien, est mentionné comme médecin de l'Impératrice Joséphine.

Claude Leclerc apparaît également sous le nom de Claude Barthélemy Jean Le Clerc.



Pour citer cette page

« Leclerc, Claude (1762-1808) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Leclerc,_Claude_(1762-1808)&oldid=42017 (accédée le 28 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.