Jeudi 29 mai 1873

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


Paris le 29 Mai 1873[1]

Mon cher père,

Que tu es bon de nous avoir écrit ce petit mot de Senones, tu ne saurais croire le plaisir qu'il nous a fait ce matin.

Hier nous avons eu notre premier cours d'été[2] qui je t'assure nous a amusées autant que nous nous y attendions. Nous sommes six à le suivre en première et cinq en seconde.

Mme Charrier[3] a fait pendant la 1ère partie un cours d'histoire romaine pendant lequel nous avons pris des notes et sur quoi nous ferons un extrait que chacune lira tout haut Mercredi prochain.

Après la récréation Mme Charrier a commencé à nous expliquer l'analyse logique et nous en a fait faire un peu de vive voix seulement comme nous n'en avions jamais fait cela a été très drôle car nous avons dit pas mal de bêtises. Puis <Mlle Charrier> nous a fait une dictée et nous avons terminé la séance par un style dont le sujet était le combat des Horaces et des Curiaces.

J'espère faire beaucoup de progrès pendant cet été car je le commence avec les meilleures intentions. As-tu reçu dernièrement des nouvelles de tante Zaepffel[4] Nous n'avons rien reçu d'elle depuis qu'elle appris que nous n'irions pas à Vieux-Thann.

Sais-tu quand elle doit aller en Alsace et à < > ?

Mon cher père je te priais l'autre jour de nous envoyer un petit livre d'histoire (Ragon[5]) c'est inutile car nous l'avons racheté mais je m'en vais avoir recours à ton obligeance pour autre chose. Lors de ton retour je te prierai donc de m'apporter les feuilles <proposées> pour l'analyse logique que tu trouveras enveloppées d'un papier bleu tout à fait au fond du premier tiroir de gauche du grand meuble de maman[6] dans le petit salon. Les 2 livres de Mennechet[7] pour l'histoire de France ils ne sont pas reliés et recouverts en papier jaune le tome II est un peu déchiré ; ils doivent se trouver dans la bibliothèque de la chambre d'étude sur le premier ou 2e rayon.

Enfin je te prierai de regarder dans nos atlas qui sont ou dans le coin entre la bibliothèque et le mur ou dans le bas de la bibliothèque si nous n'avons pas par hasard l'atlas de <Kreus[8]>, s'il y est il doit être un peu usé car il aurait appartenu à maman l'édition étant épuisée.

Mais que je te demande pardon mon cher papa tout le temps je ne t'ai entretenu que de commissions et me voilà au bout.

Adieu mon père chéri je t'embrasse bien bien fort je viens de prendre ma leçon et je vais aller dans la famille avec tante[9].

Encore un gros baiser de ta petite fille qui t'aime beaucoup

Mimi.

Amitiés à tout le monde. Bien des choses de Cécile[10]


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Le cours des dames Boblet.
  3. Caroline Boblet, veuve d’Edouard Charrier.
  4. Emilie Mertzdorff, épouse d’Edgar Zaepffel.
  5. François Ragon (1795-1872), prolifique auteur de manuels d’Histoire.
  6. Eugénie Desnoyers (†), épouse de Charles Mertzdorff.
  7. Édouard Mennechet (1794-1845), Histoire de France.
  8. Possiblement Christian et Friedrich Carl Hermann Kruse, auteurs d’atlas historiques publiés entre 1810 et 1840.
  9. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  10. Cécile, bonne des demoiselles Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 29 mai 1873. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_29_mai_1873&oldid=40054 (accédée le 3 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.