Jeudi 14 juin 1877 (A)

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1877-06-14A pages 1-4.jpg original de la lettre 1877-06-14A pages 2-3.jpg


Paris le 14 Juin 1877.

Mon cher Papa,

Comment ton voyage s’est-il passé ? n’as-tu pas eu trop chaud pendant la route et as-tu pu, comme nous l’espérions, correspondre avec le premier train de Thann ? Ici nous continuons toujours à cuire et à soupirer après les bains froids mais jusqu’à présent il n’y a que Marthe[1] qui y ait été ; hier soir il y avait un peu d’air et ce matin il est tombé quelques gouttes de pluie ce qui a un peu rafraîchi la température.

Hier il faisait si chaud que nous sommes à peine sorties. J’ai fait beaucoup de piano et [ ] Mme Foussé[2] n’est pas venue parce qu’elle était souffrante mais par contre Mme Lima[3] est arrivée au moins d’une ½ heure en avance et nous a gratifiées de plus de 2 heures d’allemand.

Le soir nous avons eu la famille[4] à dîner ainsi que Mme Brongniart[5] et M. Stackler[6]. M. Camille[7] n’a toujours rien reçu mais on lui a dit que cela ne pouvait tarder on lui a même parlé du Jura.

Ce matin oncle[8] a fait une leçon dans la ménagerie qui l’a beaucoup fatigué il avait énormément de monde ; avant le déjeuner j’ai cherché à dessiner des fleurs d’après nature mais c’était une horreur ; que c’est donc difficile !

Cette après-midi nous irons au cours de beaux-arts[9] puis chez Mme Dumas[10] à laquelle nous devons une visite depuis [le dernier] bal peut-être chez Mme de Tournemine[11] et enfin chez le glacier qui hier pour la seconde fois a manqué de parole et qui mérite une forte semonce enfin nous rentrerons pour la douche.

Tout le monde est en conciliabule en ce moment afin de choisir des rideaux d’été pour la bibliothèque et le cabinet d’oncle, cette pauvre tante[12] est toujours dans les rideaux.

J’espère que tu as trouvé tout le monde là-bas en bonne santé et que les joues de Marie[13] se sont un peu remplies pendant ton absence ; son frère allait très bien hier. J’attends demain matin une lettre de toi nous racontant comment tu as trouvé tous les habitants de Vieux-Thann ou au moins [ceux du Kichgas] [ ].

Mlle Bosvy[14] m’a apporté les notes d’histoire du dernier cours aussi vais-je être forcée à m’y mettre bien vite malheureusement il fait trop chaud pour travailler [c’est] il me semble que je suis en coton.

Tante a reçu ce matin encore une lettre de tante Eugénie[15] lui donnant des renseignements elle est vraiment trop aimable (renseignements toujours excellents qu’on va envoyer à Mme [  ])
Le même courrier a apporté une lettre de Villerville offrant différentes maisons mais sans aucun détail si ce n’est sur un pavillon trop grand et trop cher. Tante va donc lui récrire.

Adieu, mon petit Papa chéri, je voudrais être petit insecte pour me fourrer dans cette lettre et venir à [ ] sauter dans [ ] et t’embrasser comme je t’aime. Malheureusement mon poids et mon volume sont trop considérables la poste ne s’en chargerait pas il faut donc me contenter de te dire de loin que je pense beaucoup beaucoup à toi.
Ta fille qui t’aime,
Marie


Notes

  1. Marthe Pavet de Courteille.
  2. Céline Silvestre de Sacy, épouse de Frédéric Foussé, donne des leçons d’anglais.
  3. Madame Lima donne des leçons d’allemand.
  4. La famille Milne-Edwards ?
  5. Catherine Simonis, épouse d’Edouard Brongniart.
  6. Henri Stackler.
  7. Antoine Camille Trézel attend une nomination.
  8. Alphonse Milne-Edwards.
  9. Cours des beaux-arts avec Mlle Magdelaine.
  10. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  11. Marguerite Aux Cousteaux, veuve d’Auguste Frédéric Gaston de Tournemine de Lagrange.
  12. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  13. Marie Stackler, épouse de Léon Duméril et sœur d’Henri Stackler.
  14. Marguerite Geneviève Bosvy, enseignante.
  15. Eugénie Duméril, veuve d’Auguste Duméril et grand-tante de Marie Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 14 juin 1877 (A). Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_14_juin_1877_(A)&oldid=39844 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.