Dimanche 23 mai 1869 (B)

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


Launay 23 Mai 1869

5 h

Je t'ai écrit si vite ce matin,

mon cher Charles, que je veux me donner encore le plaisir d'une petite causerie avec toi, et te remercier pour les bonnes et longues lettres que tu m'as déjà adressées et qui renferment tant de détails sur toute choses qui m'intéressent. Je vois que tu as commencé par t'occuper de la maison, c'est preuve que tu penses à celles qui doivent l'habiter et que tu veux la leur rendre le plus agréable possible. Aussi quoique tu devines bien que je sois un peu préoccupée de savoir mon home ainsi livré à tous, je ne t'en remercie pas moins pour ton désir de me faire plaisir et que je trouve tout beau à mon retour. Je ne vois pas de recommandation à faire pour l'ordre, pour les armoires, pour la bonne tenue des chambres & et salons && le sort en est jeté, au petit bonheur ! que chacun fasse de son mieux ! advienne que pourra.

Il n'y a aucune couche de peinture à redonner à la cuisine, c'est simplement la croisée bouchée à badigeonner et peut-être le dessus du fourneau à badigeonner pendant qu'on aura le badigeon jaunâtre ?

Les journaux du pays m'ont bien intéressée et je te remercie d'avoir songé à me mettre de côté ces différents articles qui, pour nous, avaient double piquant. Tu dois finir ton dépouillement, je suis curieuse de savoir le résultat[1].

Je suis honteuse de mener une vie si paresseuse pendant que tu es si occupé. Nos petites filles[2] ont toujours des mines qui réjouissent, une sagesse qui fait l'admiration de tous ; petit Jean[3] va très bien aussi, et ne pleure plus, il joue avec son Emilie chérie, ils viennent de construire une pièce d'eau, pont & dans le sable, et Marie est enchantée tante Aglaé[4] l'a aidée à construire une petite chapelle en mousse ?

Papa[5] a fait très bonne course à Nogent, ce bon père n'est remonté qu'à 3 h sans avoir déjeuné, mais sans fatigue après avoir parcouru la ville du château chez le notaire, M. Dugué & même voir les vieilles maisons et cloîtres et au retour ramassé quelques ammonites à notre intention. Mais pour la partie affaire voici : Le notaire a remis une petite note sur les Ménager qui est tout à fait satisfaisante : Il n'y a aucune hypothèque sur le bien de la mère[6] environ 40 000 F dont le 7e reviendra à celui à qui nous louerions en terre[7]. La famille bonne réputation. La femme[8] intelligente et bonne ménagère... enfin si tout cela est vrai ce serait très bien, on dit ce Ménager bon travailleur et honnête...

Demain on enverra encore à papa quelques renseignements sur ses rapports avec son propriétaire actuel et s'ils sont favorables papa leur écrira de venir Dimanche pour terminer, car papa retourne à Paris demain soir et ne doit revenir que Samedi avec Alphonse[9]. J'espère que mon mari me reviendra aussi... en attendant je lui envoie toutes nos tendresses.

Nous voici avec le beau temps, Launay est de plus en plus joli, les rhododendrons ne sont que fleurs, la vue charmante, et les enfants s'amusent si bien que ça doit leur faire du bien, aussi je veux chasser les idées qui me font voir tout à coup dans un sapin un peintre furetant dans mes armoires, ou bien dans le chant du rossignol, le chant de Victoire[10] à la cuisine, oubliant d'éteindre le gaz, ou de veiller à autre chose, enfin je ne veux penser qu'au plaisir d'être ici en famille et de te revoir bientôt. Tes petites filles t'embrassent bien fort

ta Nie

Mille amitiés à tante Georges[11]

Un petit bonjour à Victoire.


Notes

  1. Elections législatives du 23 mai.
  2. Marie et Emilie Mertzdorff.
  3. Jean Dumas.
  4. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  5. Jules Desnoyers.
  6. Françoise Broust, épouse de Michel Ménager et mère de Michel Victor.
  7. Michel Victor Ménager.
  8. Julie Augustine Elisabeth Gasselin, épouse de Michel Victor Ménager.
  9. Alphonse Milne-Edwards.
  10. Victoire, domestique chez les Mertzdorff.
  11. Elisabeth Schirmer, épouse de Georges Heuchel.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 23 mai 1869 (B). Lettre d’Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_23_mai_1869_(B)&oldid=51624 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.