Dimanche 14 avril 1878 (C)

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris)

original de la lettre 1878-04-14C pages 1-4.jpg original de la lettre 1878-04-14C pages 2-3.jpg


Dimanche 14 avril 78[1]

Ma chère Marie

Faute de mieux ma chérie accepte cet informe bouquet, il te dira que je pense beaucoup à toi & s’il est indiscret il peut bien te raconter quantité de ces petites faiblesses qui font le bonheur de la vie ; s’

Ce papier est préparé d’hier je voulais commencer ma lettre mais une foule de visites m’en ont empêché. Je dis foule parce que comme l’on ne travaillait pas, c’était une sorte de Dimanche que hier Samedi.
Aujourd’hui je ne m’attendais pas non plus d’être invité à dîner[2] & j’allais oublier ma fille auprès de nos dames avec lesquelles j’étais à bavarder au Jardin, lorsque tout à coup les souvenirs me sont revenus. Je t’assure je n’étais pas long à me sauver pour venir te souhaiter pour tes 19 ans révolus quantité des plus bonnes & belles choses.
Il fait une journée délicieuse les prés sont émaillés de fleurs & cependant le rossberg[3] conserve toujours une bonne petite couche de neige qui n’est pas désagréable à regarder le soleil est si chaud.

A Emilie[4] j’ai donné toutes les nouvelles de la semaine. Cependant je n’avais pas vidé tout mon sac. Ce n’est pas de mes visites d’hier que je veux te parler. Mlle Bonaventure & sœur Radegonde qui à force de me chercher dans toute la maison vide ont fini par m’écrire un petit mot dans mon petit salon & m’ont rencontré dans la Cour en voulant s’en aller. Visite longue & très longue parce que Mlle Adèle Piquet est venue se joindre à elles. Ces dames venaient à l’adoration perpétuelle avec une foule d’autres dames. Avant nous étions gratifiés d’une visite d’un Juif Berlinois qui nous est resté très longtemps.

Ce n’est donc pas d’hier que je veux t’entretenir, mais de plus loin, même d’une histoire ancienne de 15 jours à peu près. Mlle Lomüller[5] est fiancée avec M. Georges Duméril, & depuis ce temps tout naturellement il ne passe plus ses Dimanches ici. l’on parle de Juillet pour le mariage mais rien n’est fixé encore & cela dépend de bien des projets & de personnes. Messieurs Duméril père & fils de Moulins[6] veulent faire un voyage de 3 mois en Italie. Le Moulin[7] a ses projets aussi, l’on veut se donner 6 semaines à Paris, Flers[8] etc..... Enfin nous-mêmes, quels sont nos projets ? Aimeriez-vous faire un petit tour avec moi. La tante[9] n’y trouverait-elle pas quelque inconvénient & comme elle voit infiniment mieux que je ne puis le faire, c’est son avis avant tout que je prendrai avant de décider quelque chose.
Dans tous les cas Nancy[10] doit être notre objectif pour un séjour de 2 ou 3 jours. & que je voudrais faire durer. Mais assez dit, avant que le grand maître ne se prononce.

fin de la semaine prochaine nous saurons quelque chose de notre inventaire, ce matin j’en ai un peu travaillé, épluchant un compte.

Pardonne ma chérie d’être si en retard j’aurais dû le faire ce matin le temps ne me manquait pas car depuis quelques jours je me lève assez régulièrement à 6 h. Ces dames[11] me chargent de vous embrasser toutes deux je le fais volontiers cela double ma besogne, souvenirs affectueux à tous ton père ChsMff


Notes

  1. Papier à en-tête professionnel et petit croquis (fleurs dans un vase).
  2. Probablement, une invitation de Marie Stackler-Duméril.
  3. Le Rossberg culmine à 1 200 m au-dessus de Thann.
  4. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  5. Maria Lomüller.
  6. Charles Auguste Duméril et son fils Paul Duméril, dans l’Allier.
  7. Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril qui vivent au Moulin à Vieux-Thann.
  8. Flers où vit la famille Soleil.
  9. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  10. Nancy où vivent Marie Mertzdorff (sœur de Charles) et son époux Edgar Zaepffel.
  11. Au moins Félicité Duméril et Marie Stackler, épouse de Léon Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 14 avril 1878 (C). Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa fille Marie Mertzdorff (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_14_avril_1878_(C)&oldid=39351 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.