Dimanche 13 mai 1866

De Une correspondance familiale

Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay)

original de la lettre 1866-05-13 pages1-4.jpg original de la lettre 1866-05-13 pages2-3.jpg original de la lettre 1866-05-13 page5.jpg original de la lettre 1866-05-13 page6.jpg original de la lettre 1866-05-13 adresse.jpg


département du Haut-Rhin

mairie du vieux-thann  

Vieux-Thann, le      186[1]

Bonjour Madame la Châtelaine

Soyez la bien venue dans vos domaines[2].

C’est ainsi que l’on t’aura reçu & aussi, serais-je désolé si je manquais à Mes devoirs & oubliais à être un des Premiers à t’offrir mes hommages.

J’ai reçu la bonne lettre de Mimi[3] & tout petit bout de lettre qui me donne de bonnes nouvelles.

D’ici, je puis ouvrir toute ma volière & tu n’aurais que bonnes nouvelles si toutes je savais te les adresser.

D’abord mon Dimanche je le passe en paresseux, flânant au jardin, dans les revues, journaux etc... Si le temps, se remettant au beau, me permet de sortir je suis dans le cas de profiter de toutes mes libertés, pour me promener à la Montagne, ou faire visite aux Kestner. Pour cela, bien déterminé de ne violenter ni cœur ni esprit, ils se mettront d’accord & m’abandonne complètement aux inspirations de l’un & de l’autre.

Si la bête me pousse sur mon canapé, de même je me laisserai faire. Voilà donc pour le reste de la journée quantité d’inconnues.

Vu le mauvais temps d’hier & de ce matin.

Vu les provisions achetées & à consommer.

Messieurs les Pompiers, suivant l’inspiration de leurs chefs, ont décidé qu’aujourd’hui l’on se griserait pomperait & se gorgerait dans l’usine de M. le Maire[4], Salle dite des Pompiers.

Comme dit j’étais à Wattwiller hier, ne suis rentré que fort tard aussi Content, l’on avance, cela se débrouille, le public commence à comprendre & sera satisfait. Si j’étais plus riche !! je me laisserais aller à mon enthousiasme présent & prendrais à ma charge l’achat du Moulin au-dessous des bains & l’installation du bain des Pauvres. Mais il s’agit de penser un peu à plus loin & d’enrager la belle ardeur philanthropique c’est dommage !

Tu me fais des reproches de ne pas t’écrire assez souvent il me semble que je l’ai fait bien régulièrement, car c’est ma la seule distraction d’un homme distrait.

J’ai encore une perspective de pas mal de besogne, avant mon départ, je tâcherai d’y suffire pour ne pas le retarder. Il reste toujours indéterminé entre Mercredi soir & Jeudi soir.

J’espère que le 1er aura la préférence.

Embrasse bien fort tous ceux qui t’entourent, car tu ne me dis pas qui t’accompagne.

L’heure me presse tout à toi

Charles Mertzdorff

Comme convenu arrivant à Paris à 6 & 1/2 h matin je reprends l’Ouest à 7.30 sans m’arrêter sur le boulevard ou ailleurs.

Paul & sa femme[5] doivent être à la veille de leur voyage à Paris au dire de Georges[6]. Je leur écris aujourd’hui, car n’ayant été à Mulhouse Mercredi que l’après-midi je ne les ai pas vus.

Georges fils[7] est toujours au paradis tout va je crois à souhait, le Père n’est pas content, sa construction ne va pas comme il le voudrait & coûte plus cher qu’il ne le supposait.

Thérèse[8] rentre chez elle pendant mon absence, je ne crois pas qu’elle goûte beaucoup mon ménage de garçon. Elle te fait dire que ta basse-cour s’est enrichie de <10> petits poulets ! réduits à 5 !

Nos cigognes sont bien inconstantes, il est rare qu’on les voie sur leur nid à moins que Madame reste cachée aux yeux indiscrets pour l’augmentation de sa famille.


Notes

  1. En-tête imprimé.
  2. Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff, a hérité de Mme Boulez d’une propriété à Launay, près Nogent-le-Rotrou.
  3. Marie Mertzdorff, fille de Charles.
  4. Charles Mertzdorff est maire de Vieux-Thann.
  5. Les amis de Mulhouse, M. et Mme Paul.
  6. Georges Heuchel, oncle de Charles Mertzdorff.
  7. Georges Léon Heuchel, fils de Georges.
  8. Thérèse, cuisinière chez les Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Mertzdorff

dans son château

de Launay

à Nogent le Rotrou

Eure & Loir

Pour citer cette page

« Dimanche 13 mai 1866. Lettre de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à son épouse Eugénie Desnoyers (Nogent-le-Rotrou-Launay) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_13_mai_1866&oldid=39334 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.