Dejean, Jean François Aimé (1749-1824) et ses proches

De Une correspondance familiale

Familles Dejean et Barthélemy

Jean François Aimé Dejean (1749-1824)

André Marie Constant Duméril est en relation avec ce général. Il le mentionne dans ses lettres dès 1791 et sollicite des interventions en faveur de sa famille ou pour lui-même lorsqu’il est au ministère (1802-1810) et ensuite inspecteur du génie. Elève de l’Ecole du génie de Mézières, Jean François Aimé Dejean (1749-1824) est nommé ingénieur en chef en 1770 et capitaine en 1777. Ses services à l’armée du Nord lui valent de remplacer Beurnonville comme général de division commandant l’armée du Nord et les troupes franco-bataves, de septembre 1796 à septembre 1797. Conseiller d’Etat en 1799, chargé de veiller à l’organisation de la république ligurienne, Jean François Aimé Dejean est nommé ministre directeur de l’administration de la Guerre le 12 mars 1802. Il occupe cette fonction jusqu’au 2 janvier 1810, date à laquelle il démissionne (André Marie Constant Duméril raconte cet épisode dans une lettre à son père du 6 janvier 1810).

Grand trésorier de la Légion d’honneur en 1803, Dejean est nommé comte d’Empire le 1er juin 1808 et sénateur le 5 février 1810 (après sa démission du ministère). Choisi par Napoléon pour présider les collèges électoraux de la Somme et de l’Indre-et-Loire en 1805, il est nommé premier inspecteur général du génie en 1808 et chargé de l’inspection générale en Hollande en 1810 – André Marie Constant Duméril fait allusion à ses tournées (septembre 1811).

En 1814 il devient gouverneur de l’Ecole polytechnique, commissaire extraordinaire dans la 11e division militaire et pair de France. Il ne vote pas la déchéance de l’Empereur et retrouve ses fonctions de premier inspecteur général du génie en juin 1815. Exclu de la Chambre des pairs en juillet 1815, il est directeur général des subsistances militaires de 1817 à 1821.

Jean François Aimé Dejean a, d'une première épouse, Alexandrine Marie Elisabeth Le Boucher d'Ailly, un fils prénommé Pierre François Marie Auguste (1780-1845). Veuf depuis 1782, Jean François Aimé Dejean se remarie dans la Somme où il commande la garde nationale (octobre 1801). Son fils, célibataire, et lui épousent deux sœurs, Aurore et Adèle Barthélémy (sœurs de François Barthélémy).

De ce second mariage avec Aurore Barthélémy, Jean François Aimé Dejean a un fils et quatre filles. Aurore meurt en janvier 1858.

Pierre François Marie Auguste Dejean (1780-1845)

André Marie Constant Duméril est également très lié depuis sa jeunesse avec le fils Dejean qu’il appelle dans ses lettres de 1791-1793 « le petit Dejean ». Ils partagent alors la même passion pour les insectes. Né à Amiens, Pierre François Marie Auguste épouse Adèle Barthélémy en juillet 1802. Ils ont deux filles et trois garçons. Il est nommé général de brigade en 1811, de division en 1814, puis aide de camp de l’Empereur en 1813. Exilé par les Bourbons de 1815 à 1818, il est fait pair de France en 1824. Il reprend du service en 1830 et commande la division de cavalerie au siège d’Anvers en 1832. Il achève sa vie en s’occupant de sa collection d’insectes, à partir de laquelle il publie divers ouvrages, en collaboration (avec Pierre André Latreille ou J.A. Boisduval). Adèle décède en 1871.

Charles Dejean (1807-1872)

L'un des fils d’Adèle Barthélémy et de Pierre François Marie Auguste Dejean, Charles Dejean, est général sous le Second Empire et ministre de la guerre en 1870. Le Rapport à l'Impératrice sur l'organisation de nouvelles troupes et la mise en état de défense de Paris qu’il fait à ce titre le 7 août 1870 est imprimé. A ce moment-là Henri Milne-Edwards et Alfred Desnoyers lui proposent leurs services afin d'organiser un corps franc et de travailler aux fortifications de Paris. Le général Charles Dejean est marié avec Mathilde de Gueully de Rumigny.

François Barthélémy

Beau-frère des Dejean. André Marie Constant Duméril fait allusion à ses hauts faits militaires dans une lettre du 21 décembre 1806 et annonce (lettre du 5 décembre 1813) sa mort à la bataille d’Hanau en Saxe (30-31 octobre 1813).



Pour citer cette page

« Dejean, Jean François Aimé (1749-1824) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dejean,_Jean_Fran%C3%A7ois_Aim%C3%A9_(1749-1824)_et_ses_proches&oldid=53901 (accédée le 1 juillet 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.