Vendredi 20 octobre 1815

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens)

Original de la lettre 1815-10-20-page1.jpg Original de la lettre 1815-10-20-page2.jpg Original de la lettre 1815-10-20-page3.jpg


n°232

C. DUMERIL, Professeur de la Faculté de Médecine,  

Secrétaire de la Société établie dans son sein, Médecin en chef aux hospices civils de Paris, etc.

A[1]

Paris, le 20 octobre 1815

Mon cher père, j’avais attendu l’arrivée de vos légumes qui nous sont parvenus hier soir en bon état pour vous en accuser la réception en même temps que je vous donnerais des nouvelles de ma femme[2] qui est on ne peut mieux ainsi que ma petite dont la figure commence à s’arranger. vous désirez savoir ses noms elle s’appelle Caliste Fanny Augustine des noms du jour où elle est née[3] et de ceux de ses marraine et parrain, Mme De candolle Fanny Torras[4] et de M. Augustin Pyramus De candolle Professeur et Doyen de l’académie de Montpellier. Voilà les détails pour votre liste généalogique.

il y a encore un peu d’incertitude pour mon voyage à amiens[5]. le Préfet[6] auquel j’ai écrit le 16 pour savoir s’il y aurait au moins quatre candidats n’a pas encore pu me répondre. mais vous pourrez savoir par M. Rigollot si la session est définitivement arrêtée.

mon absence dans ce moment me devient assez difficile par les maladies graves que je serai obligé de confier à mes amis. enfin ce ne sera pas de mon côté que viendront les obstacles je voyagerai plutôt de nuit pour être absent le moins de jours possibles.

je règlerai à amiens ce que je puis vous devoir pour l’envoi dernier. nous embrassons bien tendrement toute la famille.

Vendredi 20 8bre à 1 h ½

Votre fils

C. Duméril

On a reçu les biscuits


Notes

  1. L’en-tête est imprimé ; la date est complétée à la main.
  2. Alphonsine Delaroche vient d’accoucher.
  3. Caliste Duméril est née le 14 octobre.
  4. Anne Françoise Torras, épouse d’Augustin Pyramus de Candolle, qui occupe un poste de professeur de botanique à l’Ecole de médecine de Montpellier depuis 1808.
  5. André Marie Constant Duméril fait passer l’examen des officiers de santé.
  6. Nicolas Maximilien Séguier, préfet de la Somme depuis le 20 juillet 1815.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 3ème volume, p. 135-136)

Annexe

A Monsieur

Monsieur Duméril père

Petite rue Saint Rémy n° 4

A Amiens

Pour citer cette page

« Vendredi 20 octobre 1815. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_20_octobre_1815&oldid=35862 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.