Samedi 28 et dimanche 29 août 1869

De Une correspondance familiale


Billet de Charles Mertzdorff (Wesserling) à son épouse Eugénie Desnoyers (Vieux-Thann)

original de la lettre 1869-08-28.jpg original de l'adresse 1869-08-28.jpg


Ma chère Eugénie[1]

Je ne sais si cette lettre t’arrivera encore ce soir.

Mais notre malade[2] va assez bien, cette nuit il nous a donné quelques inquiétude nous avons fait chercher le docteur dans la nuit il a pratiqué une saignée & a passé la nuit ici. Il a quitté assez content & croit que tout danger grave est passé.

Paul se purge ce Matin, ce soir nous lui mettons des sangsues, Je demande à Conraux de venir si possible. Mme Paul ne sait surmonter son inquiétude pour sa tranquillité & celle de Paul qui se laisse aller au Noir, il serait bon d’avoir encore l’avis d’un autre Médecin.

Faut-il venir ?

Aloïs[3] porte lettre & dépêche à Wesserling.

tout à toi

Charles Mertzdorff

Matin dimanche 10 h.

Il ne me serait pas possible de quitter en ce moment.

Notre pauvre petite femme montre beaucoup de courage & d’énergie mais elle a besoin d’aide.

Du reste j’ai un peu dormi cette nuit & Mme Victorine[4] n’est pas trop fatiguée ce matin.

Charles Mertzdorff

à Thann


Notes

  1. Billet daté d’après ce qui se peut deviner du timbre postal.
  2. M. Paul.
  3. Aloïs, domestique chez les Mertzdorff.
  4. Mme Victorine non identifiée (Mme Paul ?).

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 28 et dimanche 29 août 1869. Billet de Charles Mertzdorff (Wesserling) à son épouse Eugénie Desnoyers (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_28_et_dimanche_29_ao%C3%BBt_1869&oldid=35554 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.