Strub, Aloyse (1843-1917)

De Une correspondance familiale

A la fin des années 1860, Charles Mertzdorff mentionne « Aloïs » qui va chercher pour lui « 4 à 500 bouteilles d’Eau » à Bussang (lettre du 7 juin 1867) ou porter une dépêche à Wesserling (lettre des 28-29 août 1869). Nous faisons l’hypothèse qu’il s’agit d’Aloyse Strub.

Aloyse Strub, né en 1843 à Aspach-le-Haut (Haut-Rhin), est le fils de Justin Strub (né en 1810) et de Catherine Weibel (1812-1855). Aloyse Strub a au moins un frère, Étienne Strub (1836-1889). En 1866 à Vieux-Thann, « Aloïse Strub » est recensé comme voiturier, pensionnaire chez le voiturier François Bourgart. Son frère Étienne Strub (1836-1889), domestique, est marié avec Marie Anne Maillard. En 1868, à Vieux-Thann, Aloyse Strub épouse Appolonie Maillard (1846-1908), la sœur de Marie Anne. Les deux couples ont de nombreux enfants.

Aloyse Strub meurt à Thann en 1917.



Pour citer cette page

« Strub, Aloyse (1843-1917) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Strub,_Aloyse_(1843-1917)&oldid=60295 (accédée le 16 juillet 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.