Péron, François (1775-1810)

De Une correspondance familiale

Le naturaliste Péron fait partie du cercle des connaissances de André Marie Constant Duméril. Après avoir combattu dans les armées de la République entre 1792 et 1794, Péron, réformé à cause d’une blessure, se met à étudier la médecine à Paris grâce à une bourse. A la suite d’un violent chagrin, il décide à quitter la France. Jussieu lui obtient une place de zoologiste dans l'expédition menée par le capitaine Nicolas Baudin (1754-1803) dans les Terres australes, à bord des vaisseaux Le Géographe et Le Naturaliste. Durant ce voyage, avec Charles Alexandre Lesueur (1778-1846), il constitue une collection de plus de 100 000 spécimens dont 2 500 d'espèces nouvelles. Le 14 octobre 1805, il est élu membre correspondant de l'Institut, classe d'anatomie et zoologie.

En 1807, Péron est en concurrence avec Duméril et Latreille pour occuper le poste laissé vacant par le décès de Broussonet, mais c’est Geoffroy Saint-Hilaire qui est élu membre de l’Académie des sciences.



Pour citer cette page

« Péron, François (1775-1810) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=P%C3%A9ron,_Fran%C3%A7ois_(1775-1810)&oldid=42184 (accédée le 16 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.