Mercredi 6 juillet 1887 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à ses grand-parents Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril (Vieux-Thann)


Fs1887-07-06A page1 Marie.jpg Fs1887-07-06A pages2-3 Marie.jpg


Mercredi 6 Juillet

Mes chers grands parents,

J’étais heureuse de vous donner hier des nouvelles un peu meilleures[1], mais aujourd’hui nous voici de nouveau bien préoccupés. De nouveaux symptômes très fâcheux se déclarent et les médecins[2] ne savent plus nous rassurer comme hier. On continue cependant à lutter très énergiquement contre le mal.

Notre chère tante est d’un courage admirable, ne se plaignant de rien et n’étant au milieu de toutes ses douleurs absolument occupée que des autres.

Nous nous remplaçons auprès d’elle et nous sommes tous installés au Jardin. Les heures nous paraissent cruellement longues je vous assure.

Nos belles-mères[3] sont chacune auprès de nos enfants[4] et nous recevons d’excellentes nouvelles. Vous me pardonnez n’est-ce pas mon long silence ? J’allais répondre à bon-papa le jour où j’ai reçu la foudroyante nouvelle de cette opération à laquelle je m’attendais si peu. Je n’ai pas osé vous écrire alors, ne sachant si vous l’aviez appris et étant sûre d’autre part que tante désirait ne parler de cette épreuve que quand elle serait mieux.

Tante par grande tendresse pour moi n’avait pas voulu que je revienne auprès d’elle et elle disait qu’elle ne voulait me voir venir que lorsqu’elle serait en état de causer avec moi ! Puis tu sais que Vendredi soir tout s’est gâté, que j’ai été appelée le lendemain par dépêche et que depuis nous sommes dans les angoisses. Il paraît que c’est une opération qui réussit toujours !! Nous sommes trop malheureux !

Au revoir chers grands-parents nous vous embrassons de tout cœur ainsi que nos oncle et tante[5]

Marie


Notes

  1. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards, a été opérée le 25 juin.
  2. Le docteur Octave Terrillon et le chirurgien Aristide Verneuil.
  3. Sophie Villermé, veuve d'Ernest de Fréville, belle-mère de Marie, et Aurélie Parenty, veuve de Joseph Damas Froissart, belle-mère d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart .
  4. Jeanne, Robert, Charles et Marie Thérèse de Fréville ;Jacques et Lucie Froissart.
  5. Léon Duméril et son épouse Marie Stackler.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Mercredi 6 juillet 1887 (A). Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à ses grand-parents Louis Daniel Constant Duméril et son épouse Félicité Duméril (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_6_juillet_1887_(A)&oldid=53346 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.