Verneuil, Aristide (1823-1895)

De Une correspondance familiale

En 1887 Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards, est opérée par le professeur Verneuil (lettre du 25 juin 1887) .Elle est ensuite confiée aux soins du docteur Octave Terrillon.

Au cours de ses études de médecine à Paris Aristide Verneuil a pour professeurs Jacques Lisfranc (1790-1847), Ernest Bazin (1807-1878), Charles Denonvilliers (1808-1872) et Joseph-François Malgaigne (1806 -1865). Il obtient son doctorat en 1852 (sa thèse : Recherches sur la locomotion du cœur) et devient agrégé en 1853 (sa thèse : Le système veineux). Aristide Verneuil est chef de service à l'Hôpital Lourcine (1862), chargé de l'enseignement de la vénérologie (1863), chef de service à l'Hôpital du Midi (1865), professeur de pathologie générale à l'Hôpital Lariboisière (1868). Il enseigne la chirurgie clinique à l'Hôpital de la Pitié (1872) puis à l'Hôtel-Dieu de Paris où il termine sa carrière. Aristide Verneuil est l'un des fondateurs de la Revue de chirurgie (1881). Il est membre de l'Académie nationale de médecine et de la Société anatomique de Paris. Il est président de la Société nationale de chirurgie où Paul Reclus (1847-1914) présente son Éloge.

Parmi les ouvrages d'Aristide Verneuil on peut citer : Sur une série de vingt-sept grandes amputations, avec des remarques sur le pronostic actuel de ces opérations et les meilleurs pansements qui leur conviennent (1878); Des Vomissements opiniâtres après les opérations chirurgicales (1879); Mémoires de chirurgie en six volumes (1877-1895); De la Pulvérisation prolongée ou continue comme procédé de la méthode antiseptique (1883).


Pour citer cette page

« Verneuil, Aristide (1823-1895) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Verneuil,_Aristide_(1823-1895)&oldid=51290 (accédée le 19 juin 2024).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.