Mercredi 3 octobre 1917 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering)

original de la lettre 1917-10-03B page 1.jpg original de la lettre 1917-10-03B page 2.jpg


Reçu le 9.10.1917
Répondu le 9 Octobre 1917
13 Octobre 1917

secteur postal 160 - 3 octobre

Mon cher Monsieur Meng

Il y a quinze jours – 3 semaines je vous ai écrit deux lettres successives, vous envoyant une lettre pour le service des réquisitions, vous demandant des explications complémentaires sur la visite de M. Froissart[1] et vous donnant des instructions au sujet de la conduite que doit tenir notre personnel relativement aux enquêtes ou démarches que fait M. Froissart, démarches qui lui sont toutes personnelles et auxquelles notre Société ne doit prendre aucune part.

A mon grand étonnement je n’ai reçu aucune réponse à ces messages. Je ne puis me l’expliquer que par la perte en cours de route soit de ma lettre, soit de votre réponse. Je vous prie de me faire savoir par retour ce qu’il en est.

Ainsi que je vous l’ai déjà dit je tiens à rester en rapports constants avec vous et reprendre en mains dans toute la mesure du possible la direction de la Maison : j’espère que pour le personnel et pour vous-même ce sera un soutien et un appui.

Vous voudrez donc bien à partir de ce jour m’adresser tous les dimanches (sans préjudice des affaires urgentes qui pourraient nécessiter une correspondance spéciale) un rapport sur les événements de la semaine. Pour vous faciliter les choses je suis tout à fait d’accord pour que ce qui concerne les services de M. Meyer, ZWingelstein et Hochstetter la rédaction soit faite par ces messieurs eux-mêmes[2]. Vous n’aurez ainsi qu’à me transmettre leurs rapports : Ceux-ci devront vous arriver le samedi soir. Vous pourrez naturellement y joindre vos appréciations et l’indication éventuelle de votre avis. Sur chaque rapport, qu’il est inutile de faire long, on indiquera en gros ce qui a été fait dans la semaine, les événements intéressants, les demandes d’avis que vous ne jugeriez pas devoir donner vous-même. C’est vous, bien entendu, qui me transmettrez tout ce qui sera d’ordre général ou moral. Inutile que ce soit long.

Cordialement à vous

GP


Notes

  1. Damas Froissart.
  2. Voir la note du 4 octobre aux chefs de service.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 3 octobre 1917 (B). Lettre de Guy de Place (mobilisé) à Jacques Meng (Fellering) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_3_octobre_1917_(B)&oldid=53440 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.