Mardi 30 décembre 1873

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller)


Paris le 30 Décembre 1873[1]

Ma chère bonne-maman,

Pour la première fois l'année va se terminer sans que nous soyons réunis ; mais puisqu'il ne nous est pas possible de nous embrasser et de nous faire tous les souhaits comme chaque année nous n'en serons pas moins ensemble de cœur et plus d'une fois nous nous transporterons en esprit dans ce cher petit salon de Vieux-Thann où nous nous réunissions tous le premier jour de l'an.

Tu es vraiment trop gentille ma petite bonne-maman chérie de nous[2] avoir envoyé ces ravissants petits portefeuilles et nous avons bien reconnu en les recevant le soin que tu prends toujours pour faire plaisir à chacun.

Mercredi dernier pendant que nous étions au cours[3] oncle Auguste[4] est venu et nous a apporté, non pas le sac de praline comme le faisait ton père[5], mais deux très jolis petits sacs en cuir rouge pleins de délicieux bonbons. Nous avons été le voir Vendredi pour le remercier et nous l'avons trouvé très-bien. Tante Clotilde[6] y avait passé quinze jours à la fin du mois dernier et oncle Auguste attentait Georges[7] pour le premier Janvier.

Papa[8] a reçu ta lettre qui lui a fait bien plaisir il t'en remercie beaucoup. Jean[9] vient d'emporter celle de sa maman[10].

Il fait un temps superbe mais assez froid. Nous sommes bien contents de revoir le soleil car depuis quelques jours il faisait fort humide et désagréable.

Hier Emilie[11] a eu son catéchisme mais cela ne s'est pas passé comme d'ordinaire; on en a fait une petite fête à l'occasion de Noël.

Je ne sais si nous t'avons dit qu'elle a eu le cachet d'or il y a quinze jours. Elle a aussi de très bonnes places au cours et je crois bien qu'en ce moment elle a le prix bien qu'étant dans une division où il y a des jeunes filles de 15, 16 et 17 ans.

Je crois que tu sais déjà que notre chère petite Paule Arnould est ici. Malheureusement ce sont de bien tristes circonstances qui l'ont amenées car sans la maladie de son grand-père[12] elle aurait passé l'hiver à Rheims. Nous ne l'avons encore vu qu'une fois chez elle deux jours après son arrivée et elle était si contente de nous voir et en même temps si surprise qu'elle nous a dit qu'elle ne savait que nous dire et que sa joie l'empêchait de parler.

Ma petite bonne-maman chérie, je suis bien désolée mais je n'ai rien fait pour ton nouvel an ; j'ai bien commencé une petite garniture pour la camisole que je t'ai faite mais elle ne sera terminée que pour le départ de père et encore ce n'est pas grand-chose ; enfin je compte sur ton indulgence et j'espère que la bonne intention te suffira.

Adieu, ma bonne-maman chérie, je t'embrasse bien bien fort ainsi que mon cher bon-papa[13] en vous répétant tout ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année et surtout en vous promettant de faire tous mes efforts pour ressembler à mes deux petites mères[14] chéries afin que vous soyez contents de moi

ta petite fille qui t'aime beaucoup

Marie Mertzdorff

Ce pauvre oncle Léon[15] que j'oubliais, je te prie de l'embrasser sur les deux joues de ma part et de lui dire que je lui souhaite une bonne année


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Maie associe sa sœur Emilie Mertzdorff.
  3. Le cours des dames Boblet-Charrier.
  4. Charles Auguste Duméril, grand-oncle de Marie Mertzdorff.
  5. Le père de Félicité est Auguste Duméril (l’aîné).
  6. Clotilde Duméril, épouse de Charles Courtin de Torsay et fille de Charles Auguste.
  7. Georges Duméril, fils de Charles Auguste.
  8. Charles Mertzdorff.
  9. Jean Dumas.
  10. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  11. Emilie Mertzdorff.
  12. Victor Baltard.
  13. Louis Daniel Constant Duméril.
  14. Caroline Duméril (†) et Eugénie Desnoyers (†), première et seconde épouses de Charles Mertzdorff.
  15. Léon Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 30 décembre 1873. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_30_d%C3%A9cembre_1873&oldid=40974 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.