Fin décembre 1873

De Une correspondance familiale


Lettre d’Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) à Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller)


original de la lettre fin décembre 1873.jpg


Chère bonne-maman,

Je ne puis prendre qu’une bien petite feuille de papier[1] mais elle ne vous en portera pas moins toutes mes plus tendres amitiés et mes vœux bien sincères pour cette nouvelle année que nous allons dans peu voir commencer.

Que vous dire, chère bonne-maman, que vous n’éprouviez vous-même ? quoique loin nos pensées sont les mêmes, et les jours qui pour tant de personnes sont des jours de fête ne peuvent nous amener que de bien tristes souvenirs ; il y a un an nous avions de grandes préoccupations et cependant nous étions encore heureux puisque nous avions l’espérance de voir se rétablir cette sœur chérie[2] ; mais maintenant on a le cœur bien triste. Pour tous il semble qu’on ait repris le dessus lorsqu’au contraire la blessure ne devient que de plus en plus profonde.

Chargez-vous, chère bonne-maman de nos meilleures amitiés pour bon-papa[3] et Léon[4], et croyez, chère bonne-maman à ma plus tendre amitié.

AME

MmeBuffet[5] est là, je vous demande bien pardon de ce griffonnage.


Notes

  1. Lettre sur papier-deuil.
  2. Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff, décédée en janvier 1873.
  3. Louis Daniel Constant Duméril.
  4. Léon Duméril.
  5. Marie Pauline Louise Target, épouse de Louis Joseph Buffet.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Fin décembre 1873. Lettre d’Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) à Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Fin_d%C3%A9cembre_1873&oldid=43103 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.